LE MUSÉE AUX SOURCES DE LA MATÉRIALITÉ

« Chaque époque rêve la suivante »
Walter Benjamin

Résumé

Le fait muséal se caractérise par sa relation au réel, incarné dans la matière. À travers les siècles, ce rapport a évolué. L’emploi des nouvelles technologies en modifiant notre espace-temps a bouleversé notre culture de la matérialité. Entre entre ruptures et continuité, dépendant du fait patrimonial, le phénomène muséal composé de structures diverses et variées telles que les musées ou toute institution à caractère patrimonial (bibliothèques, archives…) ont absorbé cette évolution au fil du temps.

Mots clés : Patrimoine, musée, réel, matière, temps, espace, nouvelles technologies

Abstract

Materiality, Origins of museums

The museum phenomenon is the relation with reality and materality. Throughout the centuries, this relation has changed. The use of new technologies blurred our space-time and upset our culture of materiality. Depending on the heritagial fact, the museum phenomen composed of museums, libraries, archives… finds its balance between alteration, adaptation and resistance when confronted with the social evolutions of the 20th century.

Key words : Heritage, museum, reality, material, time, space. new technologies

***

Les travaux de Zbyneck Stransky (1995) ont dégagé les contours d’une définition du concept de musée adoptée par le courant de la Nouvelle Muséologie. Selon André Desvallées, « le concept « musée » couvre l’univers entier et tout est donc muséalisable, le musée étant le lieu spécifique où l’on peut étudier les relations de l’homme à la réalité de l’univers dans sa totalité, et la muséologie étant la science des relations de l’homme à la réalité de l’univers » (Desvallées, 1994).

Cette approche donne une base théorique stable à la définition du musée et couvre sa multiplicité formelle. Afin de préserver les traces du passé de l’Humanité, un ensemble d’institutions culturelles (musées, centres d’archives, bibliothèques….) ont en charge de rassembler, compulser, archiver les empreintes du passé. Mais aujourd’hui, la conservation prend son sens dans la mise en relation les hommes avec leur réalité passée, présente et future. Ainsi, la transmission est au cœur de la préoccupation des institutions patrimoniales et muséales.

Les termes de Marc Bloch, représentant de la Nouvelle Histoire, dans son œuvre posthume, Apologie pour l’histoire ou le Métier d’historien, retranscrivent avec justesse la première étape du fait patrimonial, constitutive des musées, à savoir la collecte des témoins tangibles d’une réalité :

Pour premier caractère, la connaissance de tous les faits humains dans le passé, de la plupart d’entre eux, dans le présent, a d’être, (selon l’heureuse expression de François Simiand) une connaissance par traces. Qu’il s’agisse des ossements murés dans les remparts de la Syrie, d’un mot dont la forme ou l’emploi révèle une coutume, du récit écrit par le témoin d’une scène ancienne (ou récente), qu’entendons-nous en effet par documents, sinon une « trace », c’est-à-dire la marque, perceptible aux sens, qu’a laissé un phénomène en lui-même impossible à saisir ? (Bloch, 1949)

La conservation des traces du passé relève du monde occidental. En effet, ce dernier est considéré comme celui des civilisations de l’« écrit », de l’« original », de l’« unique ». Outre la prégnance de l’idéologie de la relique, le souci du matériel a toujours été une vive préoccupation car l’organisation sociale s’est construite sur des preuves administratives : contrats, documents de propriété, actes notariés… soit des traces matérielles. L’étymologie du terme « authentique » dérive du terme grec authentikós (autós, moi-même, le même) et du latin auctor augeo (faire pousser) et enfin à auctoritas (pouvoir, influence, autorité). Associé à l’idée d’autorité, l’authentique implique le respect. Le musée et toutes les institutions de conservation du passé sont issues de cette culture de la relique qui ont fondé les premières réalisations patrimoniales.

Le repli sur certains biens culturels s’explique par leur résistance accrue face aux effets du temps : Anthropologiquement, toute « histoire » se constitue par la communication orale et écrite des générations coexistantes, qui se transmettent mutuellement leurs expériences respectives. Et c’est seulement quand l’espace de la mémoire orale tend à être restreint par l’extinction des vieilles générations que l’écrit devient le support privilégié de la transmission historique.  (Kosselleck, 1997).

Sans moyens techniques, certains aspects du passé ont sombré dans l’oubli. Jusqu’à la fin du XIXe siècle, certaines manifestations n’étaient connues que par les observations écrites, des dessins, des gravures, etc. de leurs contemporains. Bien que sources de connaissances, ces supports ne transmettent qu’une trace indirecte très partielle du réel.

L’apparition de la photographie a étendu notre perception en recopiant visuellement l’univers des civilisations disparues et la façon dont le monde y était organisé. Elle a permis de garder le souvenir d’un « tout » aujourd’hui disparu. La vidéo a également permis de le rendre dans son mouvement. Bref, l’atout des nouvelles technologies élargit les capacités de conservation de toutes formes de réalités. Les nouvelles technologies inscrivent le fugace, le captent dans toute sa complexité et assurent la capitalisation d’une connaissance complète du réel tel qu’il a existé dans toute son authenticité. Les duplications numériques respectent avec justesse son aspect formel (chansons, situations, films d’expériences…) en saisissant sa nature expressive sonore ou visuelle, bien plus juste que celle de l’écrit. La multiplicité des support-témoins et des substituts ont modifié le regard des générations actuelles face à la culture de l’original et de l’authentique.

Les avancées technologiques distille la réel en informations et gère la matérialité par l’immatériel. Elles ont finalement contribué à une « dématérialisation » puis « re-matérialisation » d’expressions physiques favorisant l’interprétation. L’usage du multimédia en usant de la méta-sensorialité [texte, son, image fixe ou animée] restitue autrement la matière et développe des cultures visuelles ou sonores différentes de l’écrit. L’objet devient information au même titre que l’écrit, l’image, le son. Le réseau Internet et la création d’un nouvel espace de communication, le World Wide Web, appelé également le cyberespace, assure le traitement en temps réel d’une grande quantité d’informations et leur diffusion en tous lieux.

L’apparition d’un autre type de rapport physique avec le réel a eu un impact saisissant sur les comportements cognitifs des hommes et des nouvelles formes d’adresse aux publics. Au travers d’un site Internet ou d’un produit multimédia, les milieux du patrimoine et de la muséologie sont amenés à réfléchir sur la façon de rendre compte de l’intelligence d’un lieu, d’une matière, d’un objet… sans leur aspect matériel initial. Pour donner du sens à sa communication, toutes les documentations qu’elles soient visuelles ou sonores sont mobilisées pour donner une intellectualité sensuelle enrichissante.

En favorisant le développement de nouveaux usages, ce nouvel ordre a influencé le renouvellement des conceptions du patrimoine. L’essor de la technologie numérique et les innovations résultantes ont bouleversé notre environnement en affectant les trois des composantes structurantes de l’appréciation de la réalité : la relation au temps, à l’espace et à la matière. Les conceptions contemporaines du patrimoine réactivent la relation étroite et fusionnelle du patrimoine avec la composante du Temps – bien plus qu’à l’espace. Dans une de ses interventions, André Micoud relève qu’en terme de patrimoine

« tout ce qui est à gérer doit l’être en tant que vivant. […] Ainsi, avec la patrimonialisation, il semblerait que les choses à sauvegarder deviennent choses-dans-le-temps, c’est-à-dire ayant la capacité de connaître un développement, une reproduction, un devenir, une évolution, tous mouvements qui ont pour particularité de s’accomplir dans le temps. « (Micoud, 1995)

Il poursuit en ces termes : « les choses-dans-le-temps deviennent donc moins choses à conserver en soi, que choses à gérer de manière à ce que leur potentialité (leur vivacité ou leur vitalité) soit toujours disponible, à toutes fins utiles. Mais, est-ce que les ainsi nommés conservateurs (du moins les plus vivants d’entre eux) ne l’ont pas toujours su pratiquement : leur fonds peut bien rester le même, n’est-ce pas sa reconvocation incessante qui, à chaque moment, le fait revivre d’une façon toujours nouvelle ? » (Micoud, 1995).

La connexion entre les hommes d’hier, d’aujourd’hui et de demain est donc plus vivace que jamais. Dans cette perspective, l’acte de patrimoine se manifeste par une capitalisation des sources et ressources documentaires sur les réalités passées afin de construire une mémoire utile mise au service d’une construction de l’avenir. Les opportunités de médiation nouvelle ont favorisé une approche moins sacralisée ainsi que le dépassement du « cultuel » au profit de la quête de la connaissance.

Cette nouvelle conception marque le passage de l’unicité de la relique à la prise en compte de la globalité des faits matériels. Il s’agit de ne plus se satisfaire d’une connaissance partielle. Qu’est-ce qu’un objet, si ce n’est une information esseulée, un morceau isolé ? Il est reconnu que l’important est de transmettre le passé dans sa totalité et dans sa cohérence, c’est là que la transmission prend tout son sens. Les acteurs du patrimoine s’orientent aujourd’hui vers une approche structuraliste. Par « structuralisme », on entend au sens large une méthode générale consistant à privilégier les structures des phénomènes à connaître (langues, parentés, mythes, etc.), c’est-à-dire à faire prévaloir les relations entre les éléments d’un ensemble pour en expliquer le fonctionnement. Loin de transmettre des éléments physiques, l’essentiel est de rendre la compréhension d’une réalité présente ou passée, qu’elle soit humaine ou naturelle aux générations suivantes, à travers le prisme du « fait matériel » ou par des traces matérielles.

La crise assumée par l’Ethnographie offre un juste exemple de l’évolution de la muséologie. Pour l’ethnographe, la trace matérielle sous toutes ses formes était considérée comme le témoin social durci d’une civilisation dont la collecte amenait la preuve du discours scientifique. Dans ce sens, Marcel Mauss déclarait qu’une « cuillère nous en apprend autant qu’un masque. » Progressivement une désaffection est apparue envers les objets au profit des autres manifestations du réel.

Une profonde mutation de la profession a alors vu apparaître le terme d’« ethnologue ». Le passage de l’Ethnographie à l’Ethnologie en reportant l’intérêt sur l’étude des processus culturels a finalement accepté le fait que l’important n’était pas l’Objet mais l’Homme qui était derrière :

Et ils pourraient reprendre à leur compte, en l’étendant aux musées de toutes disciplines, la destination que Claude Lévi-Strauss fixait dès 1954 aux musées d’anthropologie : « Il ne saurait s’agir exclusivement des objets, mais aussi et surtout de comprendre les hommes »  (Desvallées, 1994).

Dans la continuité, Marcel Mauss (1924) invite alors à prendre en compte le « fait social total » tout comme les institutions du patrimoine aujourd’hui prennent en compte le fait matériel total.

Ceci étant dit, les mesures de collecte et notamment les structures muséales et patrimoniales ont tendance à désolidariser, démembrer, rationaliser, éparpiller une réalité passée qui était constituée en un tout et homogène dans la réalité. « Tout se disperse et se désolidarise : plus tard, le musée s’attachera à « remettre ensemble » et à fondre ce qui est sorti du même creuset. » (Dagognet, 1994) Les acteurs du patrimoine et des musées ont pour tâche de « recoller les morceaux », de « reconstruire une unité », des liens qui ont souvent été mal fait ou peu fait. D’où l’intérêt de travailler de concert entre les musées, les bibliothèques et les archives. Face à ces institutions, la singularité du musée est d’être un espace, un lieu où les hommes peuvent avoir l’expérience du passé en 3 D, notamment par le biais de l’exposition.

Est-ce que ces trois perspectives ne sauvent pas la mémoire de ce qui l’accable et l’asservit, voire la dénature : la simple répétition ? Non, que le musée fabrique ex nihilo mais il montre, sort de l’ombre et transforme l’invisible en visible. […] Nous revenons toujours à une définition de la mémoire : ou bien elle consiste en une simple accumulation, le nombre seul d’éléments situés les uns à la suite des autres, de façon monotone et chronologique, ou bien elle autorise des rapprochements soudains ou des circuits transversaux, grâce à une présentation matricielle critique : elle manifeste des liens tels que l’ensemble en sort électrisé. Il se met alors à produire ; il sort « les unités » de leur isolement ; il discerne des similitudes dans le réseau mnésique. (Dagognet, 1994)

Ainsi, la conservation ne peut aller que dans le sens d’un dialogue entre les hommes d’hier, d’aujourd’hui et de demain. Le fait patrimonial tente d’assurer cette conversation des hommes à travers le « fait matériel » lui-même qui lui sert de catalyseur pour inscrire dans les consciences contemporaines une mémoire vivante.

Mariannick Jadé,
Docteur en Sciences de l’Information et de la Communication,
Spécialité Muséologies

Bibliographie

Babelon Jean-Pierre & Chastel André (1994). La notion de patrimoine. Paris, Éditions Liana Levi.

Benjamin Walter (1935). L’œuvre d’art à l’ère de sa reproductibilité technique ». France.

Bloch Marc (1949). Apologie pour l’histoire ou Métier d’historien, France.

Dagognet François 1984). Le musée sans fin. France, Presses Universitaires de France.

Deloche Bernard (2007). La nouvelle culture. Paris, Éditions L’Harmattan.

Deloche Bernard (1999). Museologica. Contradictions et logique du musée. Mâcon, Éditions W/MNES.

Desvallées André (1994). Vagues, Une anthologie de la nouvelle muséologie, volume 1. France, Édition W/MNES – PUL.

Desvallées André, Mairesse François 2011), Dictionnaire encyclopédique de muséologie. France, Armand Colin.

Halbwachs Maurice (1950). La mémoire collective. France, Presses Universitaires de France.

Jadé Mariannick (2006). Patrimoine immatériel. Perspectives d’interprétation du concept de patrimoine. Paris, Éditions L’Harmattan.

Koselleck Reinhart (1990). Le futur passé : contribution à la sémantique des temps historiques. Paris, Éditions de l’École des Hautes Études en Sciences Sociales,.

Kosselleck Reinhart (1997). L’expérience de l’Histoire. Paris, EHESS-Gallimard-Le Seuil.

Mauss Marcel (1924). Essai sur le don, forme et raison de l’échange dans les sociétés archaïques. L’Année sociologique. Paris.

Mauss Marcel & Bruno Karsenti (1994). Le fait social total. France, Presses Universitaires de France.

Micoud André (1996). Musée et patrimoine : Deux types de rapport aux choses et au temps ?. Toutes les pratiques culturelles se valent-elles ?. France, Editions CNRS.

Stransky Zbynek Z.(1995). Muséologie. Introduction aux études, Destinée aux étudiants de l’Ecole Internationale d’Eté de Muséologie, Brno.