PENSER LE FAIT PATRIMONIAL

Ce carnet de recherche propose articles et problématiques liées à cette définition du concept de patrimoine. Préalable essentiel à la réflexion, Penser le fait patrimonial permet de mieux saisir, comprendre et respecter les manifestations formelles, culturelles et historiques de ses manifestations qu’elles soient reconnues ou en quête de reconnaissance.

« Être de raison, l’Homme a la faculté de concevoir le réel. Or, conformément aux lois naturelles, les faits matériels se succèdent et disparaissent. Constaté et pensé, le Devenir historique éveille l’esprit humain à la finitude. Le fait patrimonial est une réponse réactionnelle de l’Homme émotionnellement affecté par l’expérience de la disparition.

Face à l’inéluctable, il est dans l’acceptation ou le refus de la perte. À travers ce phénomène, il exprime un désir de continuité en agissant directement sur ce qu’il souhaite ne pas voir périr ou tomber dans l’oubli. En conséquence, le fait patrimonial se manifeste comme un processus intentionné qui se déploie de l’éveil de la conscience sur la disparition d’un phénomène réel jusqu’à la mise en place d’une politique active.

Schématiquement, deux types de réponses prédominent. L’acte de sauvegarde souhaite en préserver la vitalité pour le transmettre aux générations suivantes tandis que l’acte de conservation souhaite garder la mémoire de ce qui a existé sans nécessairement vouloir le faire perdurer ce qui l’assimile à un travail de deuil. La réalité offre des situations plus contrastées car l’une et l’autre s’interpénètrent mais cette distinction permet de poser au cœur du fait patrimonial la question du choix, et ce, même face à l’inéluctable disparition.

Le fait patrimonial est universel car il caractérise une expérience commune à tous les hommes indépendamment des cultures et des époques ; c’est d’ailleurs ce qui lui donne toute sa quintessence philosophique. »

Jadé Mariannick, Enjeux et perspectives d’un fait patrimonial en Devenir, Thèse de doctorat, 2009.

Prendre en compte l’impermanent a supplanté l’idée du fixedans les préoccupations des acteurs du patrimoine et redéploie les frontières conventionnelles du patrimoine. Reposant des philosophies du Devenir, l’intellectualisation du phénomène sur une démarche de compréhension d’un fait humain en constant mouvement. Accompagner l’inéluctable changement, gérer les pertes ou lutter contre devient un enjeu majeur dans la prise en compte des patrimonialisations émergentes et de leurs singularités. Les perspectives nouvelles permettent la réalisation d’un fait patrimonial en pleine expansion qu’il soit culturel, naturel, scientifique ou technique, et ce afin de préserver son évolution naturelle dans les sociétés. 

« To Think the heritagial fact » is an essential pre requisite for any thinking To suggest a definition of a concept of heritage devoid of ethnocentric drifts offers the interest of a better understanding and a better respect of the formal, cultural and historical display of the heritagial fact whether they are acknowledged or in search of recognition. But, the heritagial fact rests on the irrepressible aspect of the philosophies of the « devenir ». This limit refocuses the objectives of the intellectualization of the phenomenon on an approach of understanding a constantly moving human fact, and it to protect its natural evolution in societies.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *