Du poids des héritages et de la transmission des savoirs

Le destin libéré de Klément, Trésor Humain Vivant  

Contes et légendes ont la faculté de familiariser les esprits avec des thèmes complexes en recourant à l’imaginaire. Le passage Stockholm1 tiré du livre de Selma Lagerlöf Le merveilleux voyage de Nils Holgersson à travers la Suède ouvre quelques pistes de réflexions sur le sens de la transmission du Savoir et sa valeur pour tout Homme.

La trame narrative de l’histoire se résume en quelques lignes. Pour avoir voulu se jouer d’un tomte, lutin issu du légendaire suédois,le jeune Nils Holgersson sous l’effet d’un sort devient pareil à sa victime, c’est-à-dire à peine plus haut que la main. Voulant retenir son jars blanc, tenté par l’appel des oiseaux migrateurs, Nils est emporté dans les airs et part en voyage à travers la Laponie et la Suède. En compagnie des oies sauvages, une série d’aventures mi-merveilleuses mi-réelles se succèdent. Au cours de ce périple, une mésaventure de Nils se tient à Stockholm, et plus spécialement dans le cadre particulier de Skansen.

Un chasseur (Åbjörn) tire sur l’équipée d’oies sauvages. Manquant sa proie, il récupère néanmoins le petit Niels, tombé suite au désarçonnement de son jars. En guise de compensation et en raison de l’ « étrangeté » de son gain, le chasseur emmène Niels à Skansen.

Skansen, musée de plein air, est connu pour recueillir dans la lignée des cabinets de curiosité de la période des siècles modernes les pièces étranges. Mais Skansen est un musée des siècles contemporains, et en absorbe la teneur sociale et historique. Créé par en 1881 par le Suédois Artur Hazelius (1833-1901), ce fait muséal aura un impact saisissant dans l’histoire fondatrice des musées. Les musées de plein air furent des modèles porteurs de réflexions fondamentales qui ont profondément marqué Georges-Henri Rivière. Le mouvement de la Nouvelle Muséologie, soutenu par de nombreux acteurs est né de cet impact saisissant. Ce courant offrit un nouveau regard sur le sens donné au patrimoine notamment sa portée philosophique ; une affinité certaine avec cette idéologie sera lisible dans cette recherche sur le patrimoine scientifique.

[A défaut d’être vendu au directeur, c’est Klément Larsson qui l’achète auprès du pêcheur Abjorn. ]« Klement tarda un long moment à répondre. La présence de ce lutin l’emplissait d’angoisse. Il avait presque l’impression que sa mère se tenait à côté de lui et lui répétait qu’il fallait toujours être bon à l’égard du petit peuple. « Je ne sais pas combien le docteur là-haut voudra te donner, Åbjörn, dit-il. Mais si tu veux bien me le laisser, je t’en offre vingt couronnes. ». »

Klément est « venu pour jouer sur son violon des danses folkloriques et d’autres mélodies d’autrefois. » Artiste violoniste, il fait connaître et retransmets les musiques d’antan ainsi que leur savoir-faire pour les visiteurs qui consomment et se nourrissent de ce passé. Par une troublante actualité, Klément est un Trésor Humain Vivant. Cette méthode de sauvegarde, développée notamment au Japon, tient une place importante dans les travaux relatifs au patrimoine culturel immatériel car elle préserve le Savoir-en-l’Homme, dans son écrin de chair.

Skansen pose quelques questionnements familiers aux acteurs et penseurs du fait patrimonial. Lieu de mémoire, non habité – ou du moins essentiellement par les répétiteurs du passé comme Klément, l’espace sacralisé devient un camp retranché de la vie. D’ailleurs, le musicien y est comme suspendu dans le temps et a la sensation de passer à coté de sa vie – ce qui se vérifie dans l’expression d’un certain mal-être même si en réalité, de façon contradictoire, il y trouve un certain réconfort.

« Au début Klement s’était dit que ses vieux jours se passaient mieux que jamais il n’aurait pu l’espérer mais, au bout de quelques temps, il commença à s’ennuyer terriblement, surtout durant ses heures de gardiennage. Tout allait bien quand les gens venaient visiter la maisonnette, mais parfois Klement restait seul pendant des heures. Alors montait en lui un telle nostalgie de sa province qu’il en venait à se demander s’il ne devait pas démissionner. Il était très pauvre, et il savait que chez lui il serait à la charge de la commune. C’est pourquoi il essayait de tenir le coup, le plus longtemps possible, bien que chaque jour il se sentît plus malheureux. »

Skansen est devenu pour Klément un lieu refuge. En définitive, n’y est-il pas avant-tout en quête de sens ? Mais, vidé de sa signification et de sa substance, l’espace tenu éloigné du savoir cultive la nostalgie. La « nostalgie » – que nous qualifierons non sans jugement de paralysante, d’ankylosante – se définit ainsi par le Petit Robert : n.f. – 1789 ; gr. méd. nostalgia (1678) ; du gr. nostos « retour » et –algie. 1. État de dépérissement et de langueur causé par le regret obsédant du pays natal, du lieu où l’on a longtemps vécu. Nostalgie des émigrés, des exilés (cf. Mal du pays) 2. Regret mélancolique (d’une chose révolue ou de ce qu’on n’a pas connu) ; désir insatisfait. mélancolie. » Ce dernier synonyme invite à considérer la gravure Melancholia I (1514) d’Albrecht Dürer qui place une figure entourée de savoir et de connaissance dans un état d’esprit particulier : la « substance intime de l’être2 »

melancholia-1

Fig. 1 Albrecht Dürer, Melancholia I, 1514.

L’attitude désœuvrée du personnage ailé, allégorie de la Mélancolie, entouré d’objets épars, donne à cette gravure un sens énigmatique des plus fascinants. « Mélancholie, […], se trouve dans un état, pour ainsi dire de super-éveil, et son regard fixe est celui de la quête intellectuelle, intense bien que stérile. Elle a suspendu son travail non par indolence, mais parce que ce travail est devenu, à ses yeux, privé de sens. Ce n’est pas le sommeil qui paralyse son énergie, c’est la pensée. » (Citation de Erwin Panofsky, dans Constantin Zaharia, 2003, p. 251-252). La nostalgie ou la mélancolie sont des états émotifs intérieurs dépendants des représentations de la personne qui les éprouve. Pour cela, même si dans le sens du fait patrimonial, on peut les taxer de « nuisibles », il n’en demeure pas moins qu’il est également important de savoir respecter le fait qu’ils s’imposent parfois d’eux-mêmes. Pourtant, la nostalgie tire sa perversion dans le fait qu’elle se cultive et s’entretient. Sur cet aspect, la « mémoire » peut se distinguer de la « nostalgie » par un élan qui la rend fondatrice, créatrice et créative, mais essentiellement salvatrice. La mémoire, c’est ce qui reste quand on a tout oublié. Reste qu’il est essentiel avant tout d’avoir « su » ce qu’on a souhaité oublié. C’est peut-être le souci de Klément, finalement a-t-il pu faire ce cheminement de tri et n’est-il pas en manque de ce savoir du passé, qui le laisse en dehors de cette étape essentielle à sa progression, et qui l’empêche d’avancer. Sa rencontre avec un « vieux monsieur » va dans ce sens.

« A peine Klement avait-il passé la porte qu’il rencontra un vieux monsieur, grand et plein d’allure, qui paraissait se diriger vers un joli point de vue tout proche. Klement ne se souvenait pas d’avoir déjà vu ce vieux monsieur, mais ce dernier avait dû le remarquer un jour qu’il jouait du violon, car il s’arrêta et entama la conversation.

– Bonjour, Klement ! dit-il. Comment vas-tu ? J’espère que tu te portes bien ? Tu m’as l’air fatigué ces dernier temps.

Une si forte amabilité émanait du vieil homme que Klement prit son courage à deux mains et lui raconta à quel point la nostalgie de son pays le faisait souffrir.

– Comment ? dit le beau vieux monsieur. Tu languis, alors que tu te trouves à Stockholm ! Mais c’est inimaginable !

Et le vieux monsieur eut presque l’air vexé, mais très vite il se rendit compte qu’il ne s’adressait qu’à un paysan inculte de Hälmsingland, et il reprit ses manières aimables.

– Tu n’as donc jamais entendu l’histoire de la fondation de Stockholm, Klement ? Si ça avait été le cas, tu comprendrais que ta nostalgie n’est qu’une impression. Viens t’asseoir avec moi sur le banc là-bas, et je te parlerai un peu de Stockholm !

[Ici est narrée l’histoire de la fondation de Stockholm, du mythe fondateur légendaire à sa pleine édification en tant que cité. En quelques mots, la légende l’explique par le rapt d’une ondine par un pécheur. Profitant de son amnésie, il l’épousa mais à la suite de la révélation de ses origines et du stratagème de son époux, celle-ci ne survit pas à son évasion mortelle, harponné dans sa fuite par son mari. Suite à cette histoire, s’ensuit la narration de l’édification progressive de la ville avec une société hiérarchisée et organisée, notamment par un système politique de la monarchie, puis par un ordre religieux, etc.]

– Maintenant, Klement, dit le vieux monsieur en se rasseyant sur le banc à côté du ménétrier, tu vas me rendre un service. Je n’ai plus le temps de parler avec toi, mais je vais te faire parvenir un livre sur Stockholm et tu le liras du début à la fin. Je viens, pour ainsi dire, de poser pour toi les fondations de Stockholm. Continue à étudier par toi-même et tu apprendras comment cette ville a vécu et s’est modifiée, comment cette petite cité étriquée dans ses murailles a dépassé les îlots pour former cette mer de maisons que nous voyons à nos pieds […] Tu deviendras familier de cette ville, Klement. Elle n’appartient pas qu’aux habitants de Stockholm, mais aussi à toi et à la Suède entière.

Il est intéressant de noter ici la coexistence complémentaire de la transmission du savoir par l’oralité, représenté par le discours du personnage âgé et savant – au sens de celui qui sait et non de l’érudit -, et celle par l’écrit, l’existence d’un livre. Par ailleurs, relevons que l’accès à l’écrit est plus délicat car il nécessite le savoir de l’écriture et de la lecture.

[…] D’ici part quelque chose pour tous les Suèdois, et ici tous les Suédois ont quelque chose à faire. Ici, personne ne doit se sentir étranger ni regretter son chez-soi, puisqu’ici tous les suédois sont chez eux.

Et quand tu apprendras tout ce qui est ainsi venu à Stockholm, Klement, pense aussi à cette dernière chose qu’elle vient d’attirer à elle : ces maisonnettes anciennes rassemblées ici même à Skansen, et avec elles les danses d’autrefois, les anciens costumes et les anciens ustensiles, les musiciens et les conteurs. Toutes ces bonnes choses d’autrefois ont été rassemblées ici, pour leur rendre hommage et pour qu’elles suscitent dans le peuple une considération nouvelle.

La justification du site de Skansen est ici exposée. Le musée de plein air a vocation a rappeler le passé et les bases de la continuité lisible dans l’actualité de Stockholm. Le lieu est, pour les habitants, un repère d’identité, une rassurance mais aussi un point de départ source de créativité et de renouvellement.

Mais avant tout, et pour finir, Klement, souviens-toi que quand tu liras l’histoire de Stockholm, il faudra t’asseoir ici même, pour que tu voies les vagues scintiller d’allégresse et les rives briller de beauté. Laisse-toi emporter par l’enchantement, Klement !

Le beau vieux monsieur avait élevé la voix, jusqu’à ce qu’elle devienne une sorte d’ordre puissant et communicatif tandis que ses yeux étincelaient. Puis il se leva et quitta Klement sur un petit signe de la main. Et Klement comprit à cet instant que celui qui venait de lui parler devait être un grand monsieur, et il s’inclina aussi profondément qu’il le put derrière lui.

Le lendemain, un domestique royal apporta un grand livre rouge et une lettre pour Klement, et dans la lettre il y avait écrit que ce livre était un cadeau du roi.

Le Roi est la figure de l’autorité. Le Savoir est très souvent lié au Pouvoir parce que celui qui maîtrise le passé, a pouvoir sur le présent et influence l’avenir. Il est important de considérer le savoir comme un pouvoir. Il est malheureusement courant de voir que la rétention d’une connaissance est facteur de manipulation. Les régimes historiques de dictature musèlent en premier lieu les organes de l’information pour asseoir leur emprise. Très souvent le pouvoir pose la question de la liberté qui elle-même pose la question du choix.

Après cela, le petit Klement Larsson fut comme abasourdi pendant plusieurs jours et pratiquement incapable d’exprimer une parole sensée. Une semaine plus tard, il alla voir le directeur et démissionna. Il fallait à tout prix qu’il rentrât chez lui. « Pourquoi veux-tu partir ? » demanda le directeur. Ne peux-tu apprendre à te sentir bien ici ? » – « Si, maintenant je m’y sens à l’aise, dit Klement. Tout va bien de côté-là, mais je dois quand même rentrer. »

Klement avait été mis face à un profond dilemme, car le roi l’avait engagé à apprendre à connaître Stockholm et à s’y sentir bien, mais Klément ne pouvait avoir l’esprit tranquille tant qu’il n’aurait pas raconté à tous ceux de chez lui ce que le roi lui avait dit. […] C’était très excitant de raconter cela ici, à Skansen, devant des Lapons ou des Dalécarliens, mais ce n’était rien comparé au fait de le raconter chez lui.

Même si dorénavant l’hospice attendait Klement, cela n’aurait rien de tragique après un tel événement. Il était devenu un autre homme, qu’on respecterait et honorerait tout différemment.

Et cette nouvelle nostalgie devenant insupportable à Klement, il était obligé d’aller voir le directeur pour lui dire qu’il était obligé de rentrer chez lui.

Ce que le Roi3 savait et ce qu’il a transmis à Klément est ce qu’il lui a permit de se libérer de sa prison intérieure. Il se transmet tout comme le souvenir du conseil de sa mère lui permet de ne pas commettre l’erreur de se débarrasser du lutin Niels qui sera finalement la clef de sa libération. Tout comme l’ondine reste prisonnière tant qu’elle a oublié son passé mais s’enfuit pour retrouver sa liberté dès qu’elle en a connaissance. Finalement le mythe de la création de Stockholm affirme la nécessité de retrouver ses racines pour mieux se connaître et se révéler à soi-même. Le Savoir est une source d’apaisement utile à tout homme pour permettre son avenir ; mais pas n’importe quel avenir, un avenir permettant nouveauté et création. Cet entendement constitue l’essence même du fait patrimonial.

«  L’homme qui, par l’action, se veut libre dans l’histoire, se veut aussi libre par le savoir. Connaître le passé est une manière de s’en libérer puisque seule la vérité permet de donner assentiment ou refus de toute lucidité. »

Raymond Aron
(1905-1983)

Mariannick Jadé,
                                                                                                          Docteur en Muséologies.

1 Lagerlöf Selma, « Stockholm », Le merveilleux voyage de Nils Holgersson à travers la Suède, Le livre de Poche, Librairie générale française, Paris, 1991, p. 411 à p. 425.

2 Constantin Zaharia, La vie et l’art de Albrecht Dürer, « La parole mélancolique. Un archéologie du discours fragmentaire, University of Bucarest, 2003, http://ebooks.unibuc.ro/filologie/melancolie/cuprins.htm

3 Cazenave Michel, Encyclopédie des symboles, Le Livre de Poche, Coll. La Pochothèqe, France, 1996.

« Dans les contes populaires européens, la figure royale représente très souvent le terme des aventures et voyages du héros, car c’est le roi seul qui semble pouvoir entériner les succès remportés au cours des épreuves qui lui étaient réservées. Il faut noter que, ce faisant, il prend très souvent la place de l’ancien souverain qui ne correspond plus réellement à la situation psychique qui a été ainsi créée. On retrouve ici le thème archaïque, précédemment relevé, du changement de royauté, lorsque le titulaire de la charge n’est plus en état, ne fut-ce que symboliquement, de remplir sa fonction. L’ancien roi est alors devenu ce que Jung appelle un senex, un vieillard qui se pétrifie et pétrifie le destin de son peuple, tandis que le nouveau roi qui accède au trône de cette manière, a les traits d’un puer, d’un adolescent qui revivifie à la fois la société qu’il dirige et la nature qui l’entoure. La noblesse héréditaire ne joue ici aucun rôle, il s’agit au contraire de « devenir roi » pour un héros qui est issu de couches sociales inférieures, mais qui acquiert la possibilité de s’identifier à la figure royale parce qu’il est en mesure d’exprimer toutes les potentialités qui dormaient auparavant en lui. »


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *