Archives par mot-clé : patrimoine

DES SCIENCES, DES TECHNIQUES ET DES HOMMES. LA MANUFACTURE DES TABACS DE MORLAIX

 

La Manufacture des tabacs de Morlaix, poumon historique de la ville

L’arrêt de l’activité industrielle de la Manufacture des Tabacs de Morlaix, décrété par la SEITA en 1999, a laissé un vide imposant au cœur de la ville. La reconversion de l’ancienne Manufacture Royale se conçoit comme un équipement culturel en fidélité avec son image de poumon historique de la ville.  

Un nouveau quartier de ville

La Galerie du Léon, passage et artère centrale, sépare et lie les deux ensembles du bâtiment : l’un dédié à un pôle des Arts : spectacle vivant, théâtre, cinéma… et l’autre dédié à sa dimension patrimoniale et culturelle. Le projet culturel s’appuie sur un patrimoine industriel riche de quatre siècles d’histoire : l’industrie du tabac.

Le Tabac, du phénomène de société à l’industrialisation

Le tabac est découvert aux Amériques où, cultivé, il est utilisé comme panacée aux maux humains. Son commerce prend essor sur l’illusion de ses vertus curatives ; un paradoxe au regard de l’établissement de ses risques sanitaires aujourd’hui avérés. Véritable phénomène de société, il se répand et se décline en modes de consommation : tabac à priser, tabac à mâcher, à rouler… et s’inscrit dans les sociabilités.

Le bâtiment de la Manu, une architecture de référence

Pour pallier à la vétusté et l’exiguïté d’ateliers de manufacture existants depuis les années 1680 au Manoir de Pen-An-Ru, la construction de la Manufacture Royale des Tabacs de Morlaix est ordonnée par Louis XV qui en confie la réalisation à François Blondel en 1736. Réalisé avec le granit local, l’édifice témoigne de l’ingéniosité des bâtisseurs et porte la marque des tailleurs de pierres. Les manufactures Royales serviront de modèles d’inspiration de constructions systématisées au 19e siècle sous l’impulsion d’Eugène Rolland.

Le Pays de Morlaix, les atouts d’un territoire

Située en Pays du Léon et du Trégor, Morlaix doit l’implantation de sa manufacture à une situation géographique favorable à l’acheminement des matières premières par voie d’eau, puis par chemin de fer consécutivement à la construction du viaduc en 1861.

L’acheminement de la matière première au gré des évolutions techniques

Au sein du bâtiment, « vis sans fin » d’Archimède et norias, puis transport pneumatique acheminent la matière première brute et alimentent les ateliers au long des étapes de traitement. Un réseau de liaisons verticales et horizontales, toujours présent, témoigne encore de sa fonctionnalité de lien continu jusqu’au produit fini.

La mécanisation progressive d’un traitement manuel

Originellement, le tabac se traite manuellement en quelques grandes étapes : époulardage, écotage, mouillage, macération, hachage, torréfaction, pesage et empaquetage… En 1870, une batterie de moulins à poudre est installée remplaçant le râpage manuel. Cette mécanique de précision associant bois, fonte, acier… suit les innovations motrices et est encore activité en 1982 !

L’industrialisation

Parallèlement, sous l’effet de la Révolution Industrielle, les exigences de rendement couplées aux développement des innovations techniques mécanisent ces phases de transformation. L’industrialisation s’adapte aux variations des modes de consommation délaissant la chique, puis la prise, au bénéfice du scaferlati, tabac à rouler, du cigare puis de la cigarette.

La diversification des méthodes, des modes et des métiers de productions

Dédiés à ces productions, de nouveaux métiers – les cigarières, par exemple – et des ensembles de machines voient le jour. Ces derniers s’appuient sur des inventions majeures : torréfacteurs, machines à vapeur, presse hydraulique puis électrique… autant de nouvelles techniques liées à l’exploitation de nouvelles sources d’énergie et à la maîtrise de principes scientifiques de base : traction, force motrice, pesanteur, etc, permettant de les exploiter.

Les Manus, des laboratoires d’innovations techniques

Au sein de l’École d’Application, créée par la Régie des Tabacs en 1824, ou comme il se disait, le laboratoire, les innovations sont conçues par des savants-ingénieurs, sans cesse testées et améliorées sur la base de théories que la pratique a vérifiées.

Georges Boullet, ingénieur à la Régie d’État du tabac puis directeur de la Manufacture des tabacs de Morlaix,  invente la machine à paqueter les cigarettes en 1905.

Derrière les murs de la « Manu » de Morlaix, un univers !

Derrière ses murs, la Manufacture des Tabacs abrite un univers complexe, structuré et vivant jusqu’à l’arrêt définitif de son activité en 2004. Depuis sa création, on entrait dans ce monde clos, dès son plus jeune âge, de père en fils et de mère en filles. Liée au phénomène d’industrialisation massive, l’histoire industrielle rend compte de sociabilités, de mode de vie, d’organisations du travail, de systèmes sociaux…

Une organisation sociale

Les événements des siècles successifs (guerres, crises, etc. ) ont ponctué et influencé l’organisation sociale de cet univers. Le droit du travail se régularise avec l’action d’une politique de santé publique (travail des enfants, maladies professionnelles…) et au terme de longues luttes syndicales (salaires minimums, congés payés…). Les systèmes d’assistance sociale apparaissent (veuvages de guerres, maladies, accidents du travail, chômage) prenant en compte conditions ouvrières et réalités sociales. La Manu traverse les siècles s’adaptant bon gré, mal gré aux évolutions économiques et sociales du monde qui l’entoure jusqu’à sa cessation d’activité.

Aujourd’hui, un héritage matériel et immatériel à valoriser

Trois siècles de brillantes innovations techniques peuvent ainsi se lire sur cet ensemble patrimonial unique reconnu Monuments Historiques depuis 2001. Cet héritage donne à voir l’ingéniosité de l’Homme, sa capacité d’adaptation à son environnement naturel couplée à la maîtrise de connaissances scientifiques et techniques, mais aussi à leur développement industriel en lien avec les évolutions sociétales.

La reconversion de la Manufacture des Tabacs de Morlaix, un projet culturel au cœur de la ville

L’intérêt de la valorisation de ce site exceptionnel est de restituer une dynamique industrielle historique, technologique et sociale en prenant appui sur le sens de l’usage et de la fonctionnalité de l’outil-technique ; son émergence étant une alliance complexe de connaissances scientifiques, de démarches intellectuelles, de savoir-faire… Un corpus matériel et immatériel,  disséminé à rassembler, riche et diversifié (machines, archives, photos, vidéos…) est un atout majeur la mise en scène d’un discours sur l’évolution des techniques, entre ruptures et continuité.

L’innovation technique, alliance du savoir-technique et de l’ingéniosité humaine

L’histoire industrielle se donne à voir à travers la compréhension de la progression de l’innovation technique. Elle repose sur les découvertes scientifiques que l’ingéniosité humaine traduit en inventions techniques innovantes. La salle des moulins, objet phare de la Manu encore miraculeusement intact et de surcroît opérationnelle offre l’image d’une mécanique toujours en mouvement en dépit des siècles, à l’image de la dynamique de l’innovation.

Vidéo sous-titrée en français ici

La diffusion de la culture scientifique, technique et industrielle au service des nouvelles générations

Une conservation étudiée et raisonnée des machines permet de restituer les logiques de l’évolution technique. La médiation de la culture scientifique et technique révèle les clefs d’interprétation d’un système technique à un autre, du plus simple au plus complexe, et les rend mobilisables tant pour la compréhension des techniques d’hier que de demain.

Le patrimoine scientifique et technique, un axe de développement majeur pour les territoires du Finistère

En mettant en scène l’histoire industrielle de la Manu et en transmettant aux publics de tous âges, le sens et l’intérêt de la découverte scientifique pour les sociétés, ce lieu de diffusion culturelle a vocation à devenir un centre culturel phare pour le Pays de Morlaix. Riche d’un patrimoine scientifique et technique exceptionnel, la mise en valeur du territoire par le prisme de la richesse des savoir-faire techniques manuels et/ou industriels est un axe de développement culturel prometteur pour les territoires finistériens.

 

 

 

BIBLIOGRAPHIE INDICATIVE

Histoire des Manufactures de Tabacs et d’Allumettes

Fièvre Laurent, Guillerme André, Les manufactures de tabac et d’allumettes : Morlaix, Nantes, Le Mans et Trélazé (XVIIIe-XXe siècles), Collection Art & Société, Presses Universitaires de Rennes, 2004.

Histoire de la Manufacture des Tabacs de Morlaix

Deunff J., « L’implantation des manufactures de tabac à Morlaix au début du 18e siècle », Bulletin de la Société Archéologique du Finistère, 1974.

Guillou Anne, La Manufacture des Tabacs. Morlaix. Quatre siècles d’histoire, Skol Vreizh, 2009

Pellen Ronan, Histoire de la Manufacture des Tabacs de Morlaix. Des origines à la Première Guerre Mondiale, Éditions du Dossen, 1986.

Morlaix Communauté, « La Manu en pleine mutation », BroMontroulez, Magazine d’Information de Morlaix Communauté, janvier 2012.

Quéméner Hervé, « Morlaix la « Manu ». Le site de la Manufacture des Tabacs de Morlaix, patrimoine classé, entre en reconversion, Morlaix quand la Manu faisait un Tabac, Bretagne Magazine, n°23, nov-déc. 2003/janv. 2004.

Rochard Yvon, Morlaix, « La « Manu » des tabacs »,  Ar Men,  n° 67, mai 1995.

Schleef Yoric (sous la dir.), La Manufacture de Morlaix. 200 ans d’archives, Locus Solus Edition, France, Bretagne, 2016.

Patrimoine industriel

Belhoste Jean-François et Smith Paul (sous la dir.), Patrimoine industriel. Cinquante sites en France, Éditions du patrimoine, 1997.

Chauris Louis, « Morlaix, la Manufacture des tabacs, un cas exemplaire de polylithisme », Bulletin de la Société archéologique du Finistère, CXXXI, 2002.

Herbault C., André B., Berrier Y. Mémoire de l’industrie en Bretagne, au delà des clichés, Éditions Apogée, Rennes, 2001.

Smith Paul, Belhoste Jean-François, Architectures et paysages industriels. L’invention du patrimoine, Éditions La Martinière, octobre 2012.

Smith Paul, avec la complicité de Bernard André, « Morlaix, suite et suite… », dans Comment la beauté vient aux usines, L’archéologie industrielle en France, CILAC, n°46, juin 2005.

Smith Paul, La Manufacture des tabacs de Morlaix, dans  L’archéologie industrielle en France, CILAC, n°28, Juin 2006.

Histoire de la ville de Morlaix

Lecureux Bernadette, Histoire de Morlaix, des origines à la Révolution, Éditions du Dossen, 1983.

Darsel J. , Histoire de Morlaix, Annales de Bretagne, Volume 49, n°1, 1942.

Transmission troublée, transmission troublante

En cours de publication…

Résumé

« Transmettre » véhicule l’idée de « passage » et de « legs » d’un savoir, d’un savoir-faire des hommes envers  les hommes, parfois inter-générationnel. Elle est un lien entre deux personnes : un porteur de l’objet à transmettre vers un autre qui, en potentiel, pourra être passeur à son tour. Si la transmission fait consensus, notamment parce qu’elle est un fait inhérent à la condition humaine, les modalités de la transmission sont plus équivoques. La conjoncture joue beaucoup dans le trouble actuel. L’amoindrissement de la vitalité de certaines réalités culturelles, interroge les facteurs de renouvellement de leurs manifestations. La re-création de ces dernières par le biais de la transmission est alors investi comme une nécessité.

Ainsi, au même titre qu’existe le « devoir de mémoire », peut-on envisager le « devoir de transmettre » et, plus encore, convient-il d’inscrire la transmission comme un droit ? Cette perspective est source de débats car elle implique certaines conséquences non négligeables. Elle soumet cet acte à des règles contraignantes, notamment en l’assujettissant à des obligations, à un devoir-être, voire en la soumettant à  une sanction. Mais n’est-ce pas là une restriction dommageable mobilisant la motivation des hommes à transmettre sur le seul registre de la contrainte et de la culpabilité ? L’Homme inscrit son intention d’être un vecteur ou un réceptacle de transmission dans une convergence de sentiments et de réalités complexes : fatalité, choix, liberté, rejet, désir, envie, réinvention et dépassement… autant de facteurs nuançant le cadre restrictif de l’obligation au profit de la prise en compte d’une perception plus positive de la transmission en plaçant l’expression d’une volonté en son centre, et non l’imposition d’une contrainte sclérosante au long terme.

Références bibliographiques

Bâ Hampate, Il n’y a pas de petites querelles, Pocket, 2006.

Bonicel Marie-Françoise, « Transmettre : illusion, défi ou acte d’espérance ? »,

Debray Régis, Transmettre, Odile Jacob, Collection « Science Humaine », 28 février 1997, 203 p.

Dely Carole, « La tradition entre fidélité et trahison », www.sens-public.org

« Qu’est-ce que transmettre ? », Hors Série, N° 36 mars/avril/mai 2002. Sciences Humaines.

Huisman Denis, Vergez André, Nouveau traité de philosophie », Fernand Nathan Editeur, Paris, 1966.

Hatchuel Françoise, Savoir, apprendre, transmettre. Une approche psychanalytique du rapport au savoir, Editions La découverte, France, 2005.2 éme édition: Collection : La Découverte Poche / Sciences humaines et sociales n°250.

Meirieu Philippe, Dictionnaire, « Transmisssion », , http://www.meirieu.com/DICTIONNAIRE/TRANSMISSION.htm

Unesco, Glossaire du patrimoine culturel immatériel, Glossary Intangible heritage, préparé par une réunion internationale d’experts à l’UNESCO, 10-12 juin 2002 prepared by an international meeting of experts at UNESCO, 10-12 June 2002réalisé sous la direction scientifique / edited by Wim van Zanten Université de Leiden / Leiden University, Netherlands National Commission for UNESCO, Commission nationale néerlandaise pour l’UNESCO, The Hague, August 2002 / La Haye, août 2002.

Unesco, Convention pour la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel, Paris, 2003

 

De l’usage du concept de patrimoine comme outil d’analyse

La conjoncture du 21e siècle efface progressivement les frontières pernicieuses Nord/Sud profit d’une compréhension universelle du patrimoine en quête de pérennité. En intégrant dans sa compréhension, les traits significatifs de l’idéologie occidentale de la relique, l’analyse des multiples visages du fait patrimonial à échelle universelle a été entravée.

Pour autant, les anciennes représentations du patrimoine et ses dérives ne doivent pas ternir les apports et les qualités d’un instrument de pensée. Ce dernier peut s’avère utile pour étudier l’expression de ce phénomène culturel universel. Le précédent invite néanmoins à insister sur l’usage éclairé d’un outil intellectuel, des méthodologies et des éthiques d’usage d’un concept, construction de l’esprit soigneusementétablie. Avoir une définition de base respectueuse de la mouvance et de la diversité des manifestations de son objet est un préalable essentiel.

Du fait réel au concept (et vice-versa), le processus de conceptualisation

Le processus de conceptualisation part de la perception d’un fait réel spontané. Il en détermine les caractéristiques théoriques et s’achève par la dénotation, soit la désignation du concept par un signe verbal. Se distinguent donc (1) le concept, (2) le fait réel et (3) les termes.

Capture d’écran 2014-11-24 à 13.24.36
Schéma « inspiré » des travaux de Jean Crête et Louis Imbeau sur l’approche des concepts
1.

La conceptualisation d’un phénomène prend en compte la mobilité dans le temps et l’espace de son objet. Support de pensée, un concept rationalise une pluralité de situations. Il met en perspective, ordonne et donne du sens à une réalité. L’outil intellectuel s’avère utile pour comprendre et/ou étudier un phénomène. Son usage rend compte de ses distinctions et de ses ressemblances, et révèle une situation singulière.

La définition d’un concept est duelle : la compréhension détermine les caractéristiques spécifiques du phénomène et l’extension recense l’ensemble des objets concrets ou abstraits auxquels il s’applique. Un concept opère une double démarche : l’une vers le général, l’autre vers le particulier.

Le patrimoine ou le rapport de l’Homme au réel en Devenir

Fait intrinsèquement humain, le fait patrimonial est un fait anthropologique spontané universel où tout élément du réel – indépendamment de sa forme matérielle – peut faire l’objet d’une patrimonialisation. « Rapport de l’Homme au réel » (Zbyneck Stransky), il est l’expression d’un désir de continuité motivant l’Homme à mettre en place un système de perpétuation, soit « un processus de création et de renouvellement assurant la continuité entre la matière, la vie, l’espace et le temps» (Ramirez-Vasquez Pedro).

Domaine vaste et complexe, le réel est à la fois matière, temps et espace.

Une réalité matérielle

La réalité est une substance ayant les caractéristiques de la matière et connaissable par les sens, qu’elle prenne ou non une forme déterminée. En d’autres termes, pour être reconnu comme tel, le réel doit s’incarner physiquement. La connaissance du monde de l’Homme est avant-tout empirique. Il aborde la réalité tangible par les matières qu’il ressent avec ses cinq sens : toucher, vue, ouïe, odorat et goût.

Ainsi, par exemple, une pensée s’imprègne ainsi dans notre réalité consciente afin de devenir perceptible en se matérialisant par la parole ou l’écrit. Multisensensoriel et mutltiformel , le support matériel donne corps à un contenu. Sans lui, celui-ci resterait immatériel. La démarche des sciences exactes apporte la preuve de l’existence d’un élément non perceptible par les sens humains en le faisant exister matériellement (expériences, théories…), sinon il serait qualifié d’irréel. Fondamentalement, la matière est au centre de la construction du concept de patrimoine tant et si bien qu’il n’est pensé que par le patrimoine matériel.

Un réel ordonné et structuré

Complexe, l’apparent désordre du réel questionne et déroute. L’esprit humain analyse ce qui y est commun et différent afin d’en proposer une explication ordonnée. Chaque fait matériel est structuré – et peut se décomposer intellectuellement – comme un système, un Tout autonome où existe une harmonie réelle entre différents éléments interactifs.

La structuration du réel peut être envisagée selon la théorie de sphères isolées (Michel Serres.). Indépendantes et autonomes, elles s’interpénètrent les unes dans les autres et se relient en plusieurs points de contact. L’Homme, être de nature et producteur de culture, constitue une interface entre ces deux secteurs. La Nature autonome se conçoit par l’esprit humain grâce à un processus d’intellectualisation.

Capture d’écran 2014-11-24 à 13.32.41

Un univers polymorphe

L’usage des dénominations : naturel, culturel, scientifique, technique calsse un univers polymorphe. Chaque ensemble est soumis à une logique propre. Quelques subtilités déterminent leurs aspects singuliers : la place de l’intangible (l’essence immatérielle permanente assurant la continuité), le type de processus impliqué dans leur manifestation physique (création, découverte, innovation) et la dynamique de leur devenir, c’est-à-dire le renouvellement de leurs expressions.

Capture d’écran 2014-11-24 à 13.24.25

L’exploration du domaine singulier des sciences exactes permet d’apprécier l’imbrication des secteurs du réel : le scientifique est inclus dans le culturel puisqu’il est le fruit d’une construction humaine. Il dépend du naturel car l’esprit humain interroge son environnement ; les connaissances résultantes en font potentiellement des sources de développement technique. Le séquençage n’a de sens que pour ordonner les éléments dans un souci d’abstraction intellectuelle. Selon l’angle par lequel on le perçoit et le conçoit, tout phénomène du réel peut avoir un intérêt scientifique, technique, culturel ou naturel. Penser cette complexité (Edgar Morin) renvoie notamment notre entendement à la soumission des réalités au Devenir imposé par le Temps.

Le Temps, un constant Devenir

Constamment soumis au changement, le réel est Devenir, c’est-à-dire en éternel mouvement. Le devenir historique du réel se manifeste par une succession de faits matériels inscrits dans un cadre spatio-temporel. L’espace et ce qui l’occupe ne cessent de changer. Les contextes historiques – mentalités, conceptions de l’environnement, progrès techniques, etc. – façonnent les faits matériels comme des Ensembles complexes. La constatation de l’évolution de ces systèmes structurés dans une durée donnée rend à l’Homme la conscience du changement. Le temps passe. Non fixe, il est une succession irréversible de moments ou d’instants, tous différents et non équivalents.

Henri Bergson considère le temps comme « devenir substantiel » qu’il nomme : la Durée. Il met en évidence l’entendement des faits matériels comme des unités, unes et indivisibles. Prendre en compte un fait matériel total perfavorise la compréhension les relations complexes de ses éléments constitutifs.

Capture d’écran 2014-11-24 à 13.24.45

La dynamique du devenir, une certaine compréhension des Temps de la continuité et du Temps des ruptures.

Le fait patrimonial témoigne de ce rapport de l’Homme, être de raison, avec le Devenir et l’être en mouvement. Il le confronte à la finitude mais également à la permanence. Cette lucidité donne sens à l’idée de la réaction contre la perte et éveille son intérêt sur ce qu’il souhaite faire perdurer au delà de sa propre finitude.

L’extension du concept de patrimoine, un potentiel limité par le désir de transmettre

La logique générale du fait patrimonial relève de la confrontation de l’Homme à l’expérience de la disparition. Loin de se contraindre à un statut, encore moins un état, le patrimoine se réalise comme un processus actif puisqu’il est le reflet d’une réaction face à la perte. D’un point de vue théorique, construit sur la réalité, toute manifestation du réel peut faire l’objet d’un processus patrimonial. L’éthique de son expansion peut être posée.

Mais, ce potentiel est restreint par la mise en patrimoine, décision consciente d’engager un processus actif exercé sur une expression du réel.Tout l’enjeu repose sur l’estimation du dommage subi par la perte : mesurer la fatalité ou la réversibilité de l’effacement tout en évaluant l’importance de cette absence pour les générations futures. Cette appréciation atteste de l’attachement humain à ce qui n’est plus ou ce qui ne sera plus. Elle exprime un désir de transmettre, de faire passer aux descendants une réalité présente ou passée.

L’expérience de la disparition et ses résiliences

La mise en patrimoine ouvre le processus du fait patrimonial. Il se manifeste par la mise en place d’actions ou de politiques dont le résultat est de lutter, transcender ou accepter l’effacement, la finitude. Caractérisé par un contexte historique, cet acte inititiateur devient un facteur d’analyse majeur pour comprendre la mécanique complexe de développement du fait patrimonial. La problématique se situe donc sur le désir de transmettre. Pourquoi s’éveille-t-il ? Pourquoi s’évanouit-il ? Pourquoi n’existe-t-il pas dans certains cas ? Pourquoi n’est-il pas reconnu ? Pourquoi est-il considéré comme illégitime ? Bref, pourquoi le regard humain accorde une valeur telle à une réalité qu’il souhaite en toute conscience transmettre au genre humain au-delà de sa propre finitude ? Ou, inversement, pourquoi en accepte-t-il la disparition ? Ces questionnements nous apprenent sur l’Homme et ses préoccupations.

Une source de connaissances sur l’Humanité

Un schéma de pensée s’avère utile pour analyser le phénomène patrimonial dans ses caractéristiques les plus globales (devenir, mutabilité, phénomène d’expansion) mais également les plus singulières (faits patrimoniaux précis rendus particuliers par la spécificité de leur objet). Il est important de distinguer « le » fait patrimonial « des » faits patrimoniaux afin d’envisager ses variétés et ses particularités constituantes de sa mobilité. L’étude ds asects de son évolution se décline de l’universel au singulier ; du global au local. Le fait patrimonial est une réalité historique en constant mouvement. Les marques culturelles, historiques ou formelles du « fait patrimonial » sont donc des variables. Elles dépendent du contexte social dans lequel se déploie le processus réactionnel mis en place par l’homme face au devenir. L’analyse tient compte de ses caractéristiques : le contexte socioculturel et les domaines d’application (le réel étudié). En tant qu’outil de pensée, il devient un cadre d’analyse fructueux pour la prise en considération de cette complexité.

Un cadre d’analyse

Un modèle d’intellectualité favorise une acuité plus vive sur des phénomènes sociaux et humains. Toute discipline scientifique a besoin d’un cadre théorique atemporel dans lequel inscrire son objet, de le définir et d’en observer les changements.Quel est l’objet précis du fait patrimonial pris en considération par l’analyste ? Sur quelle réalité s’exerce le processus ? De quelle manière est vécue la disparition ? Quelles sont les valeurs associées à ce qui est en train de disparaître ? Quelle forme prend la réponse réactionnelle ? Comment la cohésion sociale s’organise-t-elle autour de cette volonté de perpétuation ? Comment se manifeste la mémoire ? Est-elle inscrite ? Evanescente ? Quel type de transmission assure la continuité ? Orale, écrite ou gestuelle ? Quelles actions sont mises en place ? Conservation de la matière elle-même ou conservation de la matière par le savoir-faire ? Quels questionnements déontologiques majeurs se posent ? Bref, l’outil intellectuel offre un cadre de questionnements – et non de réponses – , de compréhension et d’analyse des phénomènes dans leur unicité.

Un guide pour les professionnels

Clairement philosophique, le concept de patrimoine peut offrir à défaut du concept, un guide pouvant orienter et accompagner dans leur démarche une communauté d’acteurs intéressés par le fait patrimonial mais en aucun cas ne peut servir à édicter des règles. L’enjeu est de trouver la bonne adéquation entre la nature de l’élément mis en patrimoine, l’intention patrimoniale de sauvegarde et de conservation et la bonne politique active de préservation. Deux axes : l’éthique – ce qu’il faut faire – et la technique – ce qu’il est possible de faire – guident les réflexions.La connaissance du phénomène dans toutes ses subtilités offre une compréhension des réactions complexes au Devenir complexes et oriente les politives actives adaptées à l’unicité des cas.

Perpétuer, un enjeu pour l’Humanité. Le désir de perpétuation existe dans toutes les cultures mais sous des formes différentes. Imprégné d’une culture, chaque contexte social se construit sa propre façon de penser le devenir historique et d’envisager ses propres réactions face à lui. Pour prétendre à l’universel,le concept de patrimoine dans sa définition doit intégrer la diversité des expressions culturelles, formelles et historiques du fait patrimonial. Encadré par des règles d’usage, l’instrument de pensée présente une alternative positive à l’analyse des spécificités de chaque phénomène. Le fait patrimonial se charge d’une grande complexité. Loin d’être manichéen, le travail d’acceptation de la disparition laisse place à des attitudes ambiguës. Si la diversité des formes déroute, elles restent toujours des réponses contre la disparition, expérience commune à l’Humanité.

Bibliographie