Archives par mot-clé : immatériel

De l’usage du concept de patrimoine comme outil d’analyse

La conjoncture du 21e siècle efface progressivement les frontières pernicieuses Nord/Sud profit d’une compréhension universelle du patrimoine en quête de pérennité. En intégrant dans sa compréhension, les traits significatifs de l’idéologie occidentale de la relique, l’analyse des multiples visages du fait patrimonial à échelle universelle a été entravée.

Pour autant, les anciennes représentations du patrimoine et ses dérives ne doivent pas ternir les apports et les qualités d’un instrument de pensée. Ce dernier peut s’avère utile pour étudier l’expression de ce phénomène culturel universel. Le précédent invite néanmoins à insister sur l’usage éclairé d’un outil intellectuel, des méthodologies et des éthiques d’usage d’un concept, construction de l’esprit soigneusementétablie. Avoir une définition de base respectueuse de la mouvance et de la diversité des manifestations de son objet est un préalable essentiel.

Du fait réel au concept (et vice-versa), le processus de conceptualisation

Le processus de conceptualisation part de la perception d’un fait réel spontané. Il en détermine les caractéristiques théoriques et s’achève par la dénotation, soit la désignation du concept par un signe verbal. Se distinguent donc (1) le concept, (2) le fait réel et (3) les termes.

Capture d’écran 2014-11-24 à 13.24.36
Schéma « inspiré » des travaux de Jean Crête et Louis Imbeau sur l’approche des concepts
1.

La conceptualisation d’un phénomène prend en compte la mobilité dans le temps et l’espace de son objet. Support de pensée, un concept rationalise une pluralité de situations. Il met en perspective, ordonne et donne du sens à une réalité. L’outil intellectuel s’avère utile pour comprendre et/ou étudier un phénomène. Son usage rend compte de ses distinctions et de ses ressemblances, et révèle une situation singulière.

La définition d’un concept est duelle : la compréhension détermine les caractéristiques spécifiques du phénomène et l’extension recense l’ensemble des objets concrets ou abstraits auxquels il s’applique. Un concept opère une double démarche : l’une vers le général, l’autre vers le particulier.

Le patrimoine ou le rapport de l’Homme au réel en Devenir

Fait intrinsèquement humain, le fait patrimonial est un fait anthropologique spontané universel où tout élément du réel – indépendamment de sa forme matérielle – peut faire l’objet d’une patrimonialisation. « Rapport de l’Homme au réel » (Zbyneck Stransky), il est l’expression d’un désir de continuité motivant l’Homme à mettre en place un système de perpétuation, soit « un processus de création et de renouvellement assurant la continuité entre la matière, la vie, l’espace et le temps» (Ramirez-Vasquez Pedro).

Domaine vaste et complexe, le réel est à la fois matière, temps et espace.

Une réalité matérielle

La réalité est une substance ayant les caractéristiques de la matière et connaissable par les sens, qu’elle prenne ou non une forme déterminée. En d’autres termes, pour être reconnu comme tel, le réel doit s’incarner physiquement. La connaissance du monde de l’Homme est avant-tout empirique. Il aborde la réalité tangible par les matières qu’il ressent avec ses cinq sens : toucher, vue, ouïe, odorat et goût.

Ainsi, par exemple, une pensée s’imprègne ainsi dans notre réalité consciente afin de devenir perceptible en se matérialisant par la parole ou l’écrit. Multisensensoriel et mutltiformel , le support matériel donne corps à un contenu. Sans lui, celui-ci resterait immatériel. La démarche des sciences exactes apporte la preuve de l’existence d’un élément non perceptible par les sens humains en le faisant exister matériellement (expériences, théories…), sinon il serait qualifié d’irréel. Fondamentalement, la matière est au centre de la construction du concept de patrimoine tant et si bien qu’il n’est pensé que par le patrimoine matériel.

Un réel ordonné et structuré

Complexe, l’apparent désordre du réel questionne et déroute. L’esprit humain analyse ce qui y est commun et différent afin d’en proposer une explication ordonnée. Chaque fait matériel est structuré – et peut se décomposer intellectuellement – comme un système, un Tout autonome où existe une harmonie réelle entre différents éléments interactifs.

La structuration du réel peut être envisagée selon la théorie de sphères isolées (Michel Serres.). Indépendantes et autonomes, elles s’interpénètrent les unes dans les autres et se relient en plusieurs points de contact. L’Homme, être de nature et producteur de culture, constitue une interface entre ces deux secteurs. La Nature autonome se conçoit par l’esprit humain grâce à un processus d’intellectualisation.

Capture d’écran 2014-11-24 à 13.32.41

Un univers polymorphe

L’usage des dénominations : naturel, culturel, scientifique, technique calsse un univers polymorphe. Chaque ensemble est soumis à une logique propre. Quelques subtilités déterminent leurs aspects singuliers : la place de l’intangible (l’essence immatérielle permanente assurant la continuité), le type de processus impliqué dans leur manifestation physique (création, découverte, innovation) et la dynamique de leur devenir, c’est-à-dire le renouvellement de leurs expressions.

Capture d’écran 2014-11-24 à 13.24.25

L’exploration du domaine singulier des sciences exactes permet d’apprécier l’imbrication des secteurs du réel : le scientifique est inclus dans le culturel puisqu’il est le fruit d’une construction humaine. Il dépend du naturel car l’esprit humain interroge son environnement ; les connaissances résultantes en font potentiellement des sources de développement technique. Le séquençage n’a de sens que pour ordonner les éléments dans un souci d’abstraction intellectuelle. Selon l’angle par lequel on le perçoit et le conçoit, tout phénomène du réel peut avoir un intérêt scientifique, technique, culturel ou naturel. Penser cette complexité (Edgar Morin) renvoie notamment notre entendement à la soumission des réalités au Devenir imposé par le Temps.

Le Temps, un constant Devenir

Constamment soumis au changement, le réel est Devenir, c’est-à-dire en éternel mouvement. Le devenir historique du réel se manifeste par une succession de faits matériels inscrits dans un cadre spatio-temporel. L’espace et ce qui l’occupe ne cessent de changer. Les contextes historiques – mentalités, conceptions de l’environnement, progrès techniques, etc. – façonnent les faits matériels comme des Ensembles complexes. La constatation de l’évolution de ces systèmes structurés dans une durée donnée rend à l’Homme la conscience du changement. Le temps passe. Non fixe, il est une succession irréversible de moments ou d’instants, tous différents et non équivalents.

Henri Bergson considère le temps comme « devenir substantiel » qu’il nomme : la Durée. Il met en évidence l’entendement des faits matériels comme des unités, unes et indivisibles. Prendre en compte un fait matériel total perfavorise la compréhension les relations complexes de ses éléments constitutifs.

Capture d’écran 2014-11-24 à 13.24.45

La dynamique du devenir, une certaine compréhension des Temps de la continuité et du Temps des ruptures.

Le fait patrimonial témoigne de ce rapport de l’Homme, être de raison, avec le Devenir et l’être en mouvement. Il le confronte à la finitude mais également à la permanence. Cette lucidité donne sens à l’idée de la réaction contre la perte et éveille son intérêt sur ce qu’il souhaite faire perdurer au delà de sa propre finitude.

L’extension du concept de patrimoine, un potentiel limité par le désir de transmettre

La logique générale du fait patrimonial relève de la confrontation de l’Homme à l’expérience de la disparition. Loin de se contraindre à un statut, encore moins un état, le patrimoine se réalise comme un processus actif puisqu’il est le reflet d’une réaction face à la perte. D’un point de vue théorique, construit sur la réalité, toute manifestation du réel peut faire l’objet d’un processus patrimonial. L’éthique de son expansion peut être posée.

Mais, ce potentiel est restreint par la mise en patrimoine, décision consciente d’engager un processus actif exercé sur une expression du réel.Tout l’enjeu repose sur l’estimation du dommage subi par la perte : mesurer la fatalité ou la réversibilité de l’effacement tout en évaluant l’importance de cette absence pour les générations futures. Cette appréciation atteste de l’attachement humain à ce qui n’est plus ou ce qui ne sera plus. Elle exprime un désir de transmettre, de faire passer aux descendants une réalité présente ou passée.

L’expérience de la disparition et ses résiliences

La mise en patrimoine ouvre le processus du fait patrimonial. Il se manifeste par la mise en place d’actions ou de politiques dont le résultat est de lutter, transcender ou accepter l’effacement, la finitude. Caractérisé par un contexte historique, cet acte inititiateur devient un facteur d’analyse majeur pour comprendre la mécanique complexe de développement du fait patrimonial. La problématique se situe donc sur le désir de transmettre. Pourquoi s’éveille-t-il ? Pourquoi s’évanouit-il ? Pourquoi n’existe-t-il pas dans certains cas ? Pourquoi n’est-il pas reconnu ? Pourquoi est-il considéré comme illégitime ? Bref, pourquoi le regard humain accorde une valeur telle à une réalité qu’il souhaite en toute conscience transmettre au genre humain au-delà de sa propre finitude ? Ou, inversement, pourquoi en accepte-t-il la disparition ? Ces questionnements nous apprenent sur l’Homme et ses préoccupations.

Une source de connaissances sur l’Humanité

Un schéma de pensée s’avère utile pour analyser le phénomène patrimonial dans ses caractéristiques les plus globales (devenir, mutabilité, phénomène d’expansion) mais également les plus singulières (faits patrimoniaux précis rendus particuliers par la spécificité de leur objet). Il est important de distinguer « le » fait patrimonial « des » faits patrimoniaux afin d’envisager ses variétés et ses particularités constituantes de sa mobilité. L’étude ds asects de son évolution se décline de l’universel au singulier ; du global au local. Le fait patrimonial est une réalité historique en constant mouvement. Les marques culturelles, historiques ou formelles du « fait patrimonial » sont donc des variables. Elles dépendent du contexte social dans lequel se déploie le processus réactionnel mis en place par l’homme face au devenir. L’analyse tient compte de ses caractéristiques : le contexte socioculturel et les domaines d’application (le réel étudié). En tant qu’outil de pensée, il devient un cadre d’analyse fructueux pour la prise en considération de cette complexité.

Un cadre d’analyse

Un modèle d’intellectualité favorise une acuité plus vive sur des phénomènes sociaux et humains. Toute discipline scientifique a besoin d’un cadre théorique atemporel dans lequel inscrire son objet, de le définir et d’en observer les changements.Quel est l’objet précis du fait patrimonial pris en considération par l’analyste ? Sur quelle réalité s’exerce le processus ? De quelle manière est vécue la disparition ? Quelles sont les valeurs associées à ce qui est en train de disparaître ? Quelle forme prend la réponse réactionnelle ? Comment la cohésion sociale s’organise-t-elle autour de cette volonté de perpétuation ? Comment se manifeste la mémoire ? Est-elle inscrite ? Evanescente ? Quel type de transmission assure la continuité ? Orale, écrite ou gestuelle ? Quelles actions sont mises en place ? Conservation de la matière elle-même ou conservation de la matière par le savoir-faire ? Quels questionnements déontologiques majeurs se posent ? Bref, l’outil intellectuel offre un cadre de questionnements – et non de réponses – , de compréhension et d’analyse des phénomènes dans leur unicité.

Un guide pour les professionnels

Clairement philosophique, le concept de patrimoine peut offrir à défaut du concept, un guide pouvant orienter et accompagner dans leur démarche une communauté d’acteurs intéressés par le fait patrimonial mais en aucun cas ne peut servir à édicter des règles. L’enjeu est de trouver la bonne adéquation entre la nature de l’élément mis en patrimoine, l’intention patrimoniale de sauvegarde et de conservation et la bonne politique active de préservation. Deux axes : l’éthique – ce qu’il faut faire – et la technique – ce qu’il est possible de faire – guident les réflexions.La connaissance du phénomène dans toutes ses subtilités offre une compréhension des réactions complexes au Devenir complexes et oriente les politives actives adaptées à l’unicité des cas.

Perpétuer, un enjeu pour l’Humanité. Le désir de perpétuation existe dans toutes les cultures mais sous des formes différentes. Imprégné d’une culture, chaque contexte social se construit sa propre façon de penser le devenir historique et d’envisager ses propres réactions face à lui. Pour prétendre à l’universel,le concept de patrimoine dans sa définition doit intégrer la diversité des expressions culturelles, formelles et historiques du fait patrimonial. Encadré par des règles d’usage, l’instrument de pensée présente une alternative positive à l’analyse des spécificités de chaque phénomène. Le fait patrimonial se charge d’une grande complexité. Loin d’être manichéen, le travail d’acceptation de la disparition laisse place à des attitudes ambiguës. Si la diversité des formes déroute, elles restent toujours des réponses contre la disparition, expérience commune à l’Humanité.

Bibliographie