Archives par mot-clé : humanité

DES SCIENCES, DES TECHNIQUES ET DES HOMMES. LA MANUFACTURE DES TABACS DE MORLAIX

 

La Manufacture des tabacs de Morlaix, poumon historique de la ville

L’arrêt de l’activité industrielle de la Manufacture des Tabacs de Morlaix, décrété par la SEITA en 1999, a laissé un vide imposant au cœur de la ville. La reconversion de l’ancienne Manufacture Royale se conçoit comme un équipement culturel en fidélité avec son image de poumon historique de la ville.  

Un nouveau quartier de ville

La Galerie du Léon, passage et artère centrale, sépare et lie les deux ensembles du bâtiment : l’un dédié à un pôle des Arts : spectacle vivant, théâtre, cinéma… et l’autre dédié à sa dimension patrimoniale et culturelle. Le projet culturel s’appuie sur un patrimoine industriel riche de quatre siècles d’histoire : l’industrie du tabac.

Le Tabac, du phénomène de société à l’industrialisation

Le tabac est découvert aux Amériques où, cultivé, il est utilisé comme panacée aux maux humains. Son commerce prend essor sur l’illusion de ses vertus curatives ; un paradoxe au regard de l’établissement de ses risques sanitaires aujourd’hui avérés. Véritable phénomène de société, il se répand et se décline en modes de consommation : tabac à priser, tabac à mâcher, à rouler… et s’inscrit dans les sociabilités.

Le bâtiment de la Manu, une architecture de référence

Pour pallier à la vétusté et l’exiguïté d’ateliers de manufacture existants depuis les années 1680 au Manoir de Pen-An-Ru, la construction de la Manufacture Royale des Tabacs de Morlaix est ordonnée par Louis XV qui en confie la réalisation à François Blondel en 1736. Réalisé avec le granit local, l’édifice témoigne de l’ingéniosité des bâtisseurs et porte la marque des tailleurs de pierres. Les manufactures Royales serviront de modèles d’inspiration de constructions systématisées au 19e siècle sous l’impulsion d’Eugène Rolland.

Le Pays de Morlaix, les atouts d’un territoire

Située en Pays du Léon et du Trégor, Morlaix doit l’implantation de sa manufacture à une situation géographique favorable à l’acheminement des matières premières par voie d’eau, puis par chemin de fer consécutivement à la construction du viaduc en 1861.

L’acheminement de la matière première au gré des évolutions techniques

Au sein du bâtiment, « vis sans fin » d’Archimède et norias, puis transport pneumatique acheminent la matière première brute et alimentent les ateliers au long des étapes de traitement. Un réseau de liaisons verticales et horizontales, toujours présent, témoigne encore de sa fonctionnalité de lien continu jusqu’au produit fini.

La mécanisation progressive d’un traitement manuel

Originellement, le tabac se traite manuellement en quelques grandes étapes : époulardage, écotage, mouillage, macération, hachage, torréfaction, pesage et empaquetage… En 1870, une batterie de moulins à poudre est installée remplaçant le râpage manuel. Cette mécanique de précision associant bois, fonte, acier… suit les innovations motrices et est encore activité en 1982 !

L’industrialisation

Parallèlement, sous l’effet de la Révolution Industrielle, les exigences de rendement couplées aux développement des innovations techniques mécanisent ces phases de transformation. L’industrialisation s’adapte aux variations des modes de consommation délaissant la chique, puis la prise, au bénéfice du scaferlati, tabac à rouler, du cigare puis de la cigarette.

La diversification des méthodes, des modes et des métiers de productions

Dédiés à ces productions, de nouveaux métiers – les cigarières, par exemple – et des ensembles de machines voient le jour. Ces derniers s’appuient sur des inventions majeures : torréfacteurs, machines à vapeur, presse hydraulique puis électrique… autant de nouvelles techniques liées à l’exploitation de nouvelles sources d’énergie et à la maîtrise de principes scientifiques de base : traction, force motrice, pesanteur, etc, permettant de les exploiter.

Les Manus, des laboratoires d’innovations techniques

Au sein de l’École d’Application, créée par la Régie des Tabacs en 1824, ou comme il se disait, le laboratoire, les innovations sont conçues par des savants-ingénieurs, sans cesse testées et améliorées sur la base de théories que la pratique a vérifiées.

Georges Boullet, ingénieur à la Régie d’État du tabac puis directeur de la Manufacture des tabacs de Morlaix,  invente la machine à paqueter les cigarettes en 1905.

Derrière les murs de la « Manu » de Morlaix, un univers !

Derrière ses murs, la Manufacture des Tabacs abrite un univers complexe, structuré et vivant jusqu’à l’arrêt définitif de son activité en 2004. Depuis sa création, on entrait dans ce monde clos, dès son plus jeune âge, de père en fils et de mère en filles. Liée au phénomène d’industrialisation massive, l’histoire industrielle rend compte de sociabilités, de mode de vie, d’organisations du travail, de systèmes sociaux…

Une organisation sociale

Les événements des siècles successifs (guerres, crises, etc. ) ont ponctué et influencé l’organisation sociale de cet univers. Le droit du travail se régularise avec l’action d’une politique de santé publique (travail des enfants, maladies professionnelles…) et au terme de longues luttes syndicales (salaires minimums, congés payés…). Les systèmes d’assistance sociale apparaissent (veuvages de guerres, maladies, accidents du travail, chômage) prenant en compte conditions ouvrières et réalités sociales. La Manu traverse les siècles s’adaptant bon gré, mal gré aux évolutions économiques et sociales du monde qui l’entoure jusqu’à sa cessation d’activité.

Aujourd’hui, un héritage matériel et immatériel à valoriser

Trois siècles de brillantes innovations techniques peuvent ainsi se lire sur cet ensemble patrimonial unique reconnu Monuments Historiques depuis 2001. Cet héritage donne à voir l’ingéniosité de l’Homme, sa capacité d’adaptation à son environnement naturel couplée à la maîtrise de connaissances scientifiques et techniques, mais aussi à leur développement industriel en lien avec les évolutions sociétales.

La reconversion de la Manufacture des Tabacs de Morlaix, un projet culturel au cœur de la ville

L’intérêt de la valorisation de ce site exceptionnel est de restituer une dynamique industrielle historique, technologique et sociale en prenant appui sur le sens de l’usage et de la fonctionnalité de l’outil-technique ; son émergence étant une alliance complexe de connaissances scientifiques, de démarches intellectuelles, de savoir-faire… Un corpus matériel et immatériel,  disséminé à rassembler, riche et diversifié (machines, archives, photos, vidéos…) est un atout majeur la mise en scène d’un discours sur l’évolution des techniques, entre ruptures et continuité.

L’innovation technique, alliance du savoir-technique et de l’ingéniosité humaine

L’histoire industrielle se donne à voir à travers la compréhension de la progression de l’innovation technique. Elle repose sur les découvertes scientifiques que l’ingéniosité humaine traduit en inventions techniques innovantes. La salle des moulins, objet phare de la Manu encore miraculeusement intact et de surcroît opérationnelle offre l’image d’une mécanique toujours en mouvement en dépit des siècles, à l’image de la dynamique de l’innovation.

Vidéo sous-titrée en français ici

La diffusion de la culture scientifique, technique et industrielle au service des nouvelles générations

Une conservation étudiée et raisonnée des machines permet de restituer les logiques de l’évolution technique. La médiation de la culture scientifique et technique révèle les clefs d’interprétation d’un système technique à un autre, du plus simple au plus complexe, et les rend mobilisables tant pour la compréhension des techniques d’hier que de demain.

Le patrimoine scientifique et technique, un axe de développement majeur pour les territoires du Finistère

En mettant en scène l’histoire industrielle de la Manu et en transmettant aux publics de tous âges, le sens et l’intérêt de la découverte scientifique pour les sociétés, ce lieu de diffusion culturelle a vocation à devenir un centre culturel phare pour le Pays de Morlaix. Riche d’un patrimoine scientifique et technique exceptionnel, la mise en valeur du territoire par le prisme de la richesse des savoir-faire techniques manuels et/ou industriels est un axe de développement culturel prometteur pour les territoires finistériens.

Mariannick Jadé, 
Docteur en Sciences de l’Information et de la Communication

 

BIBLIOGRAPHIE INDICATIVE

Histoire des Manufactures de Tabacs et d’Allumettes

Fièvre Laurent, Guillerme André, Les manufactures de tabac et d’allumettes : Morlaix, Nantes, Le Mans et Trélazé (XVIIIe-XXe siècles), Collection Art & Société, Presses Universitaires de Rennes, 2004.

Histoire de la Manufacture des Tabacs de Morlaix

Deunff J., « L’implantation des manufactures de tabac à Morlaix au début du 18e siècle », Bulletin de la Société Archéologique du Finistère, 1974.

Guillou Anne, La Manufacture des Tabacs. Morlaix. Quatre siècles d’histoire, Skol Vreizh, 2009

Pellen Ronan, Histoire de la Manufacture des Tabacs de Morlaix. Des origines à la Première Guerre Mondiale, Éditions du Dossen, 1986.

Morlaix Communauté, « La Manu en pleine mutation », BroMontroulez, Magazine d’Information de Morlaix Communauté, janvier 2012.

Quéméner Hervé, « Morlaix la « Manu ». Le site de la Manufacture des Tabacs de Morlaix, patrimoine classé, entre en reconversion, Morlaix quand la Manu faisait un Tabac, Bretagne Magazine, n°23, nov-déc. 2003/janv. 2004.

Rochard Yvon, Morlaix, « La « Manu » des tabacs »,  Ar Men,  n° 67, mai 1995.

Schleef Yoric (sous la dir.), La Manufacture de Morlaix. 200 ans d’archives, Locus Solus Edition, France, Bretagne, 2016.

Patrimoine industriel

Belhoste Jean-François et Smith Paul (sous la dir.), Patrimoine industriel. Cinquante sites en France, Éditions du patrimoine, 1997.

Chauris Louis, « Morlaix, la Manufacture des tabacs, un cas exemplaire de polylithisme », Bulletin de la Société archéologique du Finistère, CXXXI, 2002.

Herbault C., André B., Berrier Y. Mémoire de l’industrie en Bretagne, au delà des clichés, Éditions Apogée, Rennes, 2001.

Smith Paul, Belhoste Jean-François, Architectures et paysages industriels. L’invention du patrimoine, Éditions La Martinière, octobre 2012.

Smith Paul, avec la complicité de Bernard André, « Morlaix, suite et suite… », dans Comment la beauté vient aux usines, L’archéologie industrielle en France, CILAC, n°46, juin 2005.

Smith Paul, La Manufacture des tabacs de Morlaix, dans  L’archéologie industrielle en France, CILAC, n°28, Juin 2006.

Histoire de la ville de Morlaix

Lecureux Bernadette, Histoire de Morlaix, des origines à la Révolution, Éditions du Dossen, 1983.

Darsel J. , Histoire de Morlaix, Annales de Bretagne, Volume 49, n°1, 1942.

Transmission troublée, transmission troublante

En cours de publication…

Résumé

« Transmettre » véhicule l’idée de « passage » et de « legs » d’un savoir, d’un savoir-faire des hommes envers  les hommes, parfois inter-générationnel. Elle est un lien entre deux personnes : un porteur de l’objet à transmettre vers un autre qui, en potentiel, pourra être passeur à son tour. Si la transmission fait consensus, notamment parce qu’elle est un fait inhérent à la condition humaine, les modalités de la transmission sont plus équivoques. La conjoncture joue beaucoup dans le trouble actuel. L’amoindrissement de la vitalité de certaines réalités culturelles, interroge les facteurs de renouvellement de leurs manifestations. La re-création de ces dernières par le biais de la transmission est alors investi comme une nécessité.

Ainsi, au même titre qu’existe le « devoir de mémoire », peut-on envisager le « devoir de transmettre » et, plus encore, convient-il d’inscrire la transmission comme un droit ? Cette perspective est source de débats car elle implique certaines conséquences non négligeables. Elle soumet cet acte à des règles contraignantes, notamment en l’assujettissant à des obligations, à un devoir-être, voire en la soumettant à  une sanction. Mais n’est-ce pas là une restriction dommageable mobilisant la motivation des hommes à transmettre sur le seul registre de la contrainte et de la culpabilité ? L’Homme inscrit son intention d’être un vecteur ou un réceptacle de transmission dans une convergence de sentiments et de réalités complexes : fatalité, choix, liberté, rejet, désir, envie, réinvention et dépassement… autant de facteurs nuançant le cadre restrictif de l’obligation au profit de la prise en compte d’une perception plus positive de la transmission en plaçant l’expression d’une volonté en son centre, et non l’imposition d’une contrainte sclérosante au long terme.

Références bibliographiques

Bâ Hampate, Il n’y a pas de petites querelles, Pocket, 2006.

Bonicel Marie-Françoise, « Transmettre : illusion, défi ou acte d’espérance ? »,

Debray Régis, Transmettre, Odile Jacob, Collection « Science Humaine », 28 février 1997, 203 p.

Dely Carole, « La tradition entre fidélité et trahison », www.sens-public.org

« Qu’est-ce que transmettre ? », Hors Série, N° 36 mars/avril/mai 2002. Sciences Humaines.

Huisman Denis, Vergez André, Nouveau traité de philosophie », Fernand Nathan Editeur, Paris, 1966.

Hatchuel Françoise, Savoir, apprendre, transmettre. Une approche psychanalytique du rapport au savoir, Editions La découverte, France, 2005.2 éme édition: Collection : La Découverte Poche / Sciences humaines et sociales n°250.

Meirieu Philippe, Dictionnaire, « Transmisssion », , http://www.meirieu.com/DICTIONNAIRE/TRANSMISSION.htm

Unesco, Glossaire du patrimoine culturel immatériel, Glossary Intangible heritage, préparé par une réunion internationale d’experts à l’UNESCO, 10-12 juin 2002 prepared by an international meeting of experts at UNESCO, 10-12 June 2002réalisé sous la direction scientifique / edited by Wim van Zanten Université de Leiden / Leiden University, Netherlands National Commission for UNESCO, Commission nationale néerlandaise pour l’UNESCO, The Hague, August 2002 / La Haye, août 2002.

Unesco, Convention pour la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel, Paris, 2003

 

Quel patrimoine pour l’Humanité ? Quelle vertigineuse question !

© Couot Robert . Circonstances de la naissance de sa fille dans une ville dévastée,  Nicole Jadé, née Nicole Couot, bref… "ma maman".
© Couot Robert . Circonstances de la naissance de sa fille dans une ville dévastée, Nicole Jadé, née Nicole Couot, bref… « ma maman ».

 

Résumé

Quel patrimoine pour l’Humanité ? La question est vertigineuse. Des textes, des institutions telles que l’Unesco nous donnent des éléments de compréhension de cette notion bien délicate à saisir. Tout en reprécisant le sens de l’expression, on peut se demander si les faits actuels ne renforcent pas aujourd’hui l’importance de cette notion et si même elle ne la définit pas. En effet, la conjoncture du 21e siècle et les grands enjeux auxquels l’Homme est confronté nous imposent la nécessité de toucher à notre « humanité ». Le texte pose des repères afin de poser les jalons d’une réflexion bien complexe.

En 1944, la notion de patrimoine mondial de l’Humanité émergeait à peine. Dans la construction de cette notion, les grandes guerres mondiales ont eu un impact saisissant. Lors de la Conférence d’Athènes en 1937, après le désastre de la 1er guerre mondiale, la Société Des Nations éveille les esprits sur la nécessité de préserver le patrimoine culturel. La prise de conscience de la destruction de l’Homme par lui-même et les nécessaires limites qu’il doit s’imposer face à cette autodestruction sont des principes constitutifs de cette notion. Il n’est pas le seul, mais celui-là est fondamental. L’intitulé de cette communication « Quel patrimoine pour l’humanité ? Quelle vertigineuse question ! » traduit ma première pensée spontanée à l’annonce du sujet. De toutes les approches de la question du patrimoine, celle du « patrimoine de l’Humanité » exige de prendre en compte des aspects philosophiques très importants – sans compter politiques, stratégiques et pratiques.

« Patrimoine culturel immatériel« , « développement durable« , « patrimoine scientifique » (ou préservation de la diversité culturelle et de la biodiversité et du Savoir), etc. sont des expressions aujourd’hui courantes véhiculées par les médias. Elles expriment autant de mises en patrimoine tournées « vers » et « pour le genre humain ». « Pour le genre humain » l’expression suscite le « vertige ». Tel est bien l’enjeu du patrimoine de l’Humanité.

COMMENT SAISIR LA NOTION DE « PATRIMOINE DE L’HUMANITÉ » ?
UEN COMPLEXITÉ DÉROUTANTE

La compréhension du Patrimoine de l’Humanité n’est pas évidente. En effet, un manque de cohérence réside entre l’interprétation théorique et la situation factuelle.

Quelques éléments d’analyse d’une notion ambiguë…

Usuellement, la notion de patrimoine de l’Humanité est associée à la notion de « Patrimoine Mondial de l’Humanité » dont l’Unesco est la porteuse emblématique. Pour autant, avant la Convention pour le patrimoine culturel immatériel de 2003, l’organisme maintenait un très fort déséquilibre entre ce que l’on appelle les pays du Nord et ceux du Sud. La Convention de Convention de l’Unesco concernant la protection du patrimoine mondial culturel et naturel de 1972 limitait les mises en patrimoine aux « biens meubles et immeubles ». De fait, le « Patrimoine Mondial de l’Humanité » n’était pas « universel » ; universel dans le sens de « ce qui concerne la totalité des hommes ». Adoptée à l’unanimité, la Convention pour la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel de 2003 signe la volonté de rééquilibrer la situation. Elle constitue un véritable tournant historique.

Á l’origine de la Convention pour la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel, le constat de la disparition d’expressions culturelles comme des danses, des chants, etc. a apporté la preuve tangible de l’amenuisement de la vigueur des cultures face à la mondialisation et l’uniformisation. Devant cet état de fait, l’objectif est de sauver la diversité culturelle. Cette évolution a induit depuis des changements majeurs. Aujourd’hui, le paradigme du patrimoine de la prise en compte unique des « biens meubles et immeubles » s’est brisé. Un changement des regards s’est enclenché, mais aussi un véritable tournant historique. Toute manifestation, expression de l’Homme, peut faire l’objet d’une mise en patrimoine. Reste à savoir comment les patrimonialiser  ?

Mais, le déséquilibre maintenu par l’Unesco pendant des années illustre toute la difficulté à penser le patrimoine à l’échelle de l’Humanité. L’enjeu est de concevoir le fait patrimonial non comme un statut qualifiant de la matière mais comme un acte humain universel et d’en apprécier la multiplicité formelle aussi bien dans le non Occident que dans l’Occident. Finalement, le patrimoine culturel immatériel est présent partout sur Terre et dans toutes les communautés humaines. L’universalité se définiti comme étant : « ce qui doit concerner tous les hommes ». Un patrimoine « universel » doit accepter la multiplicité des expressions du fait patrimonial de l’Homme ainsi que les différents manières d’envisager les philosophies du Devenir par les sociétés.

Ce premier élément de réponse nous invite à nous interroger sur les critères de l’Universalité. Comment se construisent-ils ou tout au moins comment comprendre l’ambiguïté sous-tendue de leurs constructions ?

Qu’est ce qui fait « universalité » ?

La question de l’établissement des listes liées à la mise en œuvre de la Convention pour la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel de l’Unesco est un bon exemple pour aborder cette question. Deux types de listes existent : une liste « représentative » et une liste de « sauvegarde urgente ». La seconde ne sera pas traitée. Elle répond à des critères et des exigences différents. Ceci dit, la première offre un exemple concret intéressant pour saisir la complexité de l’enjeu relatif à la notion d’ « universalité ». La « représentativité » est à comprendre dans le sens de l’ « exemplarité ». Dans ce cas, ce qui est « représentatif » ne résume pas mais témoigne par sa forme particulière d’un «  général existant ». L’élément du réel mis en patrimoine doit être « représentatif de la créativité humaine » et de son existence. Ces inscriptions servent à la sensibilisation. « L’inscription de l’élément contribuera à assurer la visibilité, la prise de conscience de l’importance du patrimoine culturel immatériel et à favoriser le dialogue, reflétant ainsi la diversité culturelle du monde entier et témoignant de la créativité humaine. ». Par conséquent, cette Liste représentative n’est pas exhaustive et surtout elle exclut la notion de hiérarchie. Les candidatures sont à étudier avec cet esprit. À l’heure actuelle, la mise en œuvre de la Convention pour la sauvegarde pour le patrimoine culturel immatériel essuie un revers dans le sens où il existe toujours un fossé entre le Nord et le Sud dans les propositions d’inscription.

Ce positionnement de l’Unesco sur la mise en évidence de la représentativité1 permet d’apporter quelques éléments sur la notion d’« universalité ». Cette limite atteste que le patrimoine de l’Humanité repose sur des ambivalences : le commun et le particulier, le local et le global, l’unique et les unicités… La phrase d’Eugène Ionesco résume bien cette idée : « L’universel de chacun est universel ». En principe, toutes les manifestations culturelles, tant qu’elles respectent les droits de l’Homme et donc le genre humain, font partie du patrimoine de l’Humanité. Mais, l’histoire démontre que la diversité culturelle, en particulier celle des relations des philosophies du Devenir, a été moins aisée à admettre que celle de la biodiversité.

Dans le cadre de la préservation de la nature, ces questions de représentativité ne sont pas sources de polémiques. En effet, les listes des espèces CITES recensent les espèces naturelles présentes sur terre – et leur noms. Le fonctionnement de l’inventaire est assez semblable. L’objectif est d’inventorier la Biodiversité notamment pour évaluer cet amenuisement et pour établir des listes d’espèces menacées. Il sert à des fins de documentations. Il n’y a pas de notion de « représentativité du genre naturel » – ou du moins le fait ne pose pas question. Chaque espèce est essentielle et doit être répertoriée. Cela révèle cette position de l’Homme, à la fois, être de nature et de culturel. L’Homme pense la nature comme extérieure à lui-même. Il peine à se penser lui-même.

Deux constats peuvent être notés suite à ce développement :

  • Pendant longtemps, le patrimoine mondial n’était pas universel.

  • Le patrimoine naturel est une raison universelle de fait plus évidente que le patrimoine culturel immatériel – même si tous deux génèrent des enjeux sociaux.

Par conséquent, l’universalité ne fait pas nécessairement humanité. Alors, comment définir le Patrimoine de l’Humanité » ?

LE FAIT PATRIMONIAL,
UN PHÉNOMÈNE DANS LEQUEL L’HOMME RÉALISE SON HUMANITÉ

Finalement, n’est-ce pas au sein de la définition même du fait patrimonial que réside une part de réponse ? À la différence de l’animal, l’Homme est un doté de raison. Elle lui offre la conscience du Devenir et celle de sa propre finitude. Cette lucidité lui permet d’envisager sa survivance et donc de transcender sa disparition. Elle lui permet aussi de s’inscrire dans la permanence.

Qu’est-ce que le fait patrimonial ?

Fait intrinsèquement humain, le fait patrimonial est un fait anthropologique universel où tout élément du réel – indépendamment de sa forme matérielle – peut faire l’objet d’une patrimonialisation. Il est l’expression d’un désir de continuité motivant l’Homme à mettre en place un fait patrimonial, c’est-à-dire un processus de perpétuation. Comme l’affirmait dans les années cinquante Ramirez-Vasquez Pedro2, c’est « un processus de création et de renouvellement assurant la continuité entre la matière, la vie, l’espace et le temps».

« Être de raison, l’Homme a la faculté de concevoir le réel. Or, conformément aux lois naturelles, les faits matériels  se succèdent et disparaissent. Constaté et pensé, le Devenir historique éveille l’esprit humain à la finitude. Le fait patrimonial est une réponse réactionnelle de l’Homme émotionnellement affecté par l’expérience de la disparition.

Face à l’inéluctable, il est dans l’acceptation ou le refus de la perte. À travers ce phénomène, il exprime un désir de  continuité en agissant directement sur ce qu’il souhaite ne pas voir périr ou tomber dans l’oubli. En conséquence, le fait  patrimonial se manifeste comme un processus intentionné qui se déploie de l’éveil de la conscience sur la disparition d’un phénomène réel jusqu’à la mise en place d’une politique active.

Schématiquement, deux types de réponses prédominent. L’acte de sauvegarde souhaite en préserver la vitalité pour le transmettre aux générations suivantes tandis que l’acte de conservation souhaite garder la mémoire de ce qui a existé sans nécessairement vouloir le faire perdurer ce qui l’assimile à un travail de deuil. deux types de réponses prédominent.La réalité offre des situations plus contrastées car l’une et l’autre s’interpénètrent mais cette distinction permet de poser au cœur du fait patrimonial la question du choix, et ce, même face à l’inéluctable disparition.

Le fait patrimonial est universel car il caractérise une expérience commune à tous les hommes indépendamment des cultures et des époques ; c’est d’ailleurs ce qui lui donne toute sa quintessence philosophique3. »

De ce point de vue, ce qui est commun à tous les hommes est donc cette « universalité » de gérer la perpétuité, ou du moins, ce choix de la transmission aux générations futures. Le patrimoine de l’Humanité est inscrit dans son temps et dans son siècle.

Aujourd’hui, quels sont les grands enjeux du patrimoine de l’Humanité ?

Chaque génération est confrontée à l’évolution de son environnement (révolution technologique, contexte historique, une idéologie). Le fait patrimonial est dans une expansion constante et réside toujours dans cette adaptation. Le patrimoine de l’Humanité s’inscrit dans son temps.

À l’époque de l’émergence de la notion, l’important résidait dans la préservation du témoignage matériel des civilisations anciennes. Le déplacement des temples d’Abu Simbel de Nubie suite à la construction du barrage d’Assouan est décidé par Nasser  en 1954. Cette mesure emblématique est fondatrice de l’histoire de l’Unesco. Suite à cet événement, tout un protocole s’est mis en place. L’enjeu est de sauver de la destruction des objets culturels représentatifs d’un humain atemporel que ce soit par les faits de guerre (sur lesquels reposent des effets politiques) ou d’évolution nécessaires liées aux effets du temps et des exigences sociales.

Les enjeux du patrimoine de l’Humanité au 21e siècle ont très largement évolués. Ils évoluent d’autant plus que le champ de la patrimonialisation s’est considérablement ouvert. « Tout » peut faire l’objet d’une mise en patrimoine. C’est ce que l’on appelle aujourd’hui l’angoisse du « tout patrimonial ». Par exemple, il aurait été ridicule de proposer la mise en patrimoine d’une « flaque d’eau ». Mais, aujourd’hui, l’eau constitue un programme complexe et une préoccupation majeure de l’Humanité. Elle fait l’objet d’un protocole de réflexions, d’actions. Bien entendu, l’exemple de la flaque d’eau est extrême. Toutes les eaux n’ont pas le même statut mais l’eau potable est essentielle à conserver… Le contexte donne l’émergence à une mise en patrimoine et oriente l’exercice de la mise en œuvre d’une politique d’action.

Quels sont les grands enjeux actuels du « patrimoine de l’Humanité » au 21e siècle ? En quelques expressions globalisantes : préserver la diversité culturelle et la biodiversité, assurer des avancées scientifiques et techniques respectueuses de la vie terrestre… Bref, autant d’éléments où l’Homme voit sa propre finitude : quand la diversité laisse place à la standardisation normalisée des façons d’être au monde ; lorsque la biodiversité s’amenuise et par conséquent l’espèce humaine, redevient une espèce animale en danger devant assurer sa survie ; ou, pour assurer la progression d’un Savoir qui ne se retourne pas contre lui.

Le fait patrimonial est un fait humain généré par l’Homme et donc tourné vers lui. Par la réalisation du fait patrimonial, il s’inscrit dans la pleine conscience de son humanité par sa décision de faire perdurer des éléments pour les générations futures. Il met en « patrimoine, patrimonialise » et tend à lutter contre sa destruction. L’Homme ne perd jamais de vue son propre intérêt. Quelques éléments de compréhension ont été posés et amènent donc à se recentrer non pas sur ce qu’est le patrimoine mondial de l’humanité mais de voir comment les limites définissent le Patrimoine Mondial de l’Humanité.

LES LIMITES DU PATRIMOINE MONDIAL DE L’HUMANITÉ

Quelques problématiques sur les limites du patrimoine peuvent offrir certains éléments de réflexion sur le cadrage de la définition de la notion du patrimoine mondial de l’Humanité.

La gestion des possessions multiples sur un même objet

La gestion des possessions multiples sur un même objet patrimonial met à l’épreuve le « principe de l’universalité ». La question des demandes de « restitution » des biens patrimoniaux est un des enjeux majeurs des acteurs du Patrimoine Mondial de l’Humanité. Cette situation factuelle repose sur une conjoncture historique. Elle est liée à la mémoire coloniale et peut être considérée comme la dernière étape de la décolonisation : le droit des peuples à disposer librement de leur culture.

À cet effet, un colloque « mémoire et universalité : de nouveaux enjeux pour les musées » qui s’est tenu à l’Unesco en février 2006 en a présenté les aspects problématiques. Selon Alain Godonou, 90 % du patrimoine africain matériel se trouve en Occident. Face à cette situation complexe de la « restitution », Neil Mac Gregor est à l’initiative d’une Déclaration des Musées Universels. Cette nouvelle typologie de musée est motivée par l’amplification des demandes de restitution et la crainte qu’elle génère. Face à cette situation, on essaie de trouver des solutions : prêts, échanges, expositions itinérantes. L’option de la restitution numérique est envisagée. Mais, le problème du fossé numérique entre les pays Nord/Sud en atténue les effets. En tout cas, il convient de garder à l’esprit que l’universalité (noble notion) n’est pas un concept si dénué d’effet pervers.

Comment concilier les intérêts de tous lorsque plusieurs « possessions mémorielles » s’exercent sur un même objet patrimonial ? Il est préférable de parler de « légitimités » plus de que de « propriétés » car tous on possède, en l’ayant fait sien, un aspect de cette réalité. L’essentiel est de garantir les points de vue et de mettre en évidence le bénéfice du partage. Les synergies et les conflits d’intérêts générés diffèrent au cas par cas en fonction des litiges ou des projets et dépendent des enjeux politiques, affectifs et/ou culturels. Certains cas peuvent susciter un conflit entre « raison patrimoniale » et « raison humaine ». Les collections à caractère sensible constituent une problématique à elles seules, notamment dans le cas des restitutions des « objets sacrés et restes humains ».

Le cas de la restitution de la tête Maorie du Muséum d’Histoire Naturelle de Rouen, acquise en 1875 par don particulier, est un cas emblématique. Les journées au Musée du Quai Branly qui se sont tenues à Paris fin février 2009 ont témoigné de la polémique politico juridique et éthique liée à cette restitution. Scientifiques, politiques, communautés, philosophes et muséologues ont discuté et présenté une argumentation face à leur position. Finalement, ces « objets sensibles », au lourd passé, ont été restitués au nom du respect de la « dignité humaine » par la loi comme la Vénus Hottentote quelques années auparavant. La décision a été prise par voie législative, la commission de délassement prévue dans le système de protection patrimonial n’ayant pas pu être mobilisé en raison du mode d’acquisition de don. En tout cas, le caractère éthique et philosophique de cette décision doit être souligné. En effet, une société se reconnaît à ses rites funéraires. Dans ce cas, cette tête Maorie devait être enterrée : il s’agit d’une « décision humaine » face aux exigences patrimoniales et scientifiques.

La mise en patrimoine du Vivant

Un autre enjeu est l’émergence du mouvement de la mise en patrimoine du Vivant culturel ou naturel. Les travaux de l’Unesco sur la Convention sur la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel de 2003 ont mis en évidence qu’il ne s’agissait pas de préserver une expression à un instant T. La culture doit être préservée « en devenir » sans la figer, ni la fossiliser. Elle doit vivre en se renouvelant. Une culture vivante est une culture où les produits culturels sont constamment réactualisés par un processus de création-recréation. Il faut prendre un système global complexe qui peut assurer la gestion du renouvellement des produits culturels. Il existe sur ce point une grande similitude entre le mouvement du patrimoine culturel immatériel et du développement durable pour la sauvegarde de la biodiversité. Si ce choix n’avait pas été fait cela aurait été contraire aux principes éthiques car les expressions sont vivantes donc changeantes, comme les espèces naturelles. Ce changement de regard et d’approche témoigne d’un changement des représentations et ouvre de nouveaux questionnements.

Tout un système de préservation du patrimoine se transforme sous l’effet d’une nouvelle philosophie générale. Les pratiques s’adaptent aux enjeux. Penser le mouvement et le devenir sans la fixité est un phénomène important car c’est l’axe sur lequel se fait la refonte globale des conceptions et des pratiques traditionnelles du patrimoine. Avant, il fallait protéger un objet de l’altérité (de devenir autre), et là, c’est au contraire, ce qu’il convient de favoriser. Ainsi, une grande réflexion a mobilisé la renégociation de la pratique des inventaires car elle présentait un danger de fétichisation, fossilisation, hiérarchisation et folklorisation. Ce nouvel enjeu génère un ensemble de questionnements éthiques et philosophiques. En effet, faut-il revitaliser les faits culturels ou naturels appelés à disparaître ? Les laisser mourir ou laisser de nouvelles manifestations apparaître ? Est-il nécessaire de lutter contre, car ces formes du réel sont essentielles pour l’avenir ? Auquel cas : comment contrôler une ingérence active dans un phénomène naturel ? Comment sauvegarder sans les maintenir dans une vie artificielle ? L’Homme se trouve donc dans la position d’être un régulateur de la continuité, rôle éminemment complexe et source de polémiques.

Une intention suivie d’effets ?
De relatifs échecs… ou passer de la sauvegarde À la conservation

La 3e édition des Perspectives mondiales de la diversité biologique publiée par le Secrétariat de la Convention sur la diversité biologique (Montréal) en 2010 fait le point sur l’action en cours. L’objectif fixé par les gouvernements du monde entier , en 2002, « de parvenir, d’ici à 2010, à une réduction importante du rythme actuel d’appauvrissement de la diversité biologique aux niveaux mondial, régional et national, à titre de contribution à l’atténuation de la pauvreté et au profit de toutes les formes de vie sur Terre » n’a pas été atteint. Ainsi, des échecs sur les espèces et catégories témoignent que certains objectifs ont été ou non atteints. Á terme, le Tigre Sumatra va disparaître même si l’objectif était d’assurer sa pérennité. La situation est identique pour les cultures en danger d’extinction et notamment pour le protocole des langues. Textes et conventions donnent un cadre de réflexion. Elles guident des actions et posent des limites éthiques. Mais la réalité des résultats place l’Homme devant le constat de l’inéluctable perte. Il ne transmet pas comme il le voudrait. Il se trouve face à une situation de fait qui est contraire à son choix. Ainsi, gérer la perte et la question du nécessaire deuil face à la disparition s’impose tout comme accepter aussi que tout n’est pas en son pouvoir.

Le respect du changement et la nécessité du Devenir implique un processus de rupture et de continuité et constitue un principe éthique essentiel qui fait Humanité. L’Homme ne peut suspendre le Temps et figer les choses dans le temps. Qu’est-ce que l’on accepte de perdre pour vivre ? est une question inhérente au principe du respect du changement. Les « faits matériels » disparaissent et se succèdent. Ces changements nous permettent de considérer le Temps qui passe et ne se ressemble pas. Notre conscience nous permet d’aborder le Devenir Historique. L’Homme constitue alors la mémoire de l’Humanité, à savoir son « patrimoine ». Face à ses pertes, il y a un gros travail de « mémoire » à réaliser sur ce qui a disparu ou est appelé à disparaître. La connaissance des réalités passées est nécessaire car elle permet à l’Humanité de trouver une identité dans le temps présent et est utile pour les générations suivantes. Mobilisé, ce corpus de l’histoire du réel est une mémoire vivante fertilisante pour la conduite des actions humaines. Le processus patrimonial s’achève par la transmission et l’appropriation collective de cette mémoire par les générations du présent.

Quel patrimoine pour l’humanité ? En quelques lignes, il n’est pas possible de traiter cette question ni même d’apporter des réponses. Le propos était d’en percevoir les problématiques vertigineuses. En effet, l’Homme du 21e siècle n’est-il pas face à des enjeux qui le dépassent ? Il s’interroge fondamentalement sur ce qu’il « est » plus que jamais. Par exemple, la connaissance de son propre séquençage ADN le renvoie à sa propre constitution d’être de nature et de culture. Ce progrès, dont il est le propre acteur, lui apporte des compréhensions sur lui-même. Mais, d’un point de vue éthique, cela l’interroge aussi sur les limites de ses actions. « Science sans conscience n’est que ruine de l’âme ». Cette citation, tirée du Pantagruel de Rabelais, est galvaudée, mais elle renvoie à l’idée d’un Frankenstein moderne. La diversité culturelle valorise les façons d’« être au monde » et ses ambivalences : l’un dans le multiple, du mondial au local. L’Humanité est faite de diversité. Le partage de celle-ci peut servir la paix entre les peuples. Enfin, l’enjeu de la biodiversité est d’assurer un environnement vivable pour l’Homme, pour sa survivance. En définitive, chaque enjeu investi aujourd’hui par le « patrimoine mondial de l’Humanité » pose, en son centre, la question du « genre humain ». Tous ces enjeux renvoient à la constitution d’éthiques. L’objectif est d’assurer l’essence de « ce » qui fait notre humanité.

En outre, un constat : le patrimoine de l’Humanité est en cours… Il n’est pas permanent, ni immuable. La société « civile » mondiale le pense, le construit, le réalise, et, sur certains aspects, il se heurte à une fatale irréversibilité. L’inéluctable perte et le deuil le renvoient à la gestion de son « impuissance ». Une chose est sûre, il lui est impossible d’admettre l’extinction du genre humain ! Bien entendu, la notion de « patrimoine mondial de l’Humanité », cette mise en patrimoine du « genre humain » est extrêmement sombre, bien trop sombre d’ailleurs. Il convient d’avoir une méfiance particulière face à un catastrophisme ambiant sous-entendu par les patrimonialisations actuelles… Dans l’acte patrimonial réside une notion profondément humaine de projets, d’espérances d’un Homme qui ne se résout pas à l’irrémédiable… et qui par sa volonté, tente de le transcender.

« En l’Homme, la Volonté devient une force qui lui est propre et
qui surpasse en intensité celle de toutes les espèces »

Honoré de Balzac

Mariannick Jadé,
Docteur en Muséologies

Intervention « Quel patrimoine pour l’Humanité ?  Quelle vertigineuse question ! », Séminaire de recherche interdisciplinaire « Quel patrimoine pour l’Humanité ? », organisé par le Laboratoire Ailleurs, Géographie culturelle et politique, UFR des Lettres et Sciences Humaines, Université de Rouen, Rouen, 17 juin 2010.

1 La notion de « représentativité » s’oppose à la notion d’« exception » véhiculée par les usages du patrimoine traditionnel et notamment par la Convention de 1972. Un élément est inscrit sur les listes du patrimoine mondial car ce dernier est un élément « exceptionnel et unique », un « chef d’œuvre » de l’Humanité qui se doit d’être inscrit. La logique prédominante à la Convention pour la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel s’est construite en opposition à cette configuration générale.

2 Ramirez-Vasquez Pedro, « L’avenir du patrimoine et le patrimoine de l’avenir », ICOM 80. Actes de la 12e Conférence générale et de la 13e Assemblée du Conseil International des Musées, Paris, Maison de l’UNESCO, 1981.

3 Jadé M., Enjeux et perspectives d’un fait patrimonial en Devenir, Thèse sur travaux, 2009 (Définition revue et corrigée)

Le mouvement du patrimoine immatériel, reflet des évolutions conceptuelles des philosophies du Devenir

vignetteLe mouvement du patrimoine immatériel, largement investi ces dernières années, révèle l’existence d’un processus d’évolution des conceptions et usages du patrimoine. Son avancée majeure repose sur sa contribution à l’émiettement d’une bipolarité Nord/Sud préjudiciable à l’appréciation de la complexité du fait patrimonial. Il rend compte de la maturité d’une réflexion à pouvoir éclore intellectuellement : penser le fait patrimonial comme un phénomène humain, donc universel. Cette conception n’est possible à la condition sine qua non d’une remise en cause de certains principes. Car, autant concevoir le patrimoine autrement en Occident était un tabou, autant considérer qu’un fait social de type « patrimonial » puisse être observable dans le Non Occident l’était tout autant. L’étude du patrimoine immatériel et du patrimoine culturel immatériel inscrit le concept de patrimoine dans une phase de renégociation de ses principes fondamentaux.

LA MUTATION DU FAIT PATRIMONIAL DANS LES SOCIÉTÉS OCCIDENTALES
DE L’IDÉOLOGIE OCCIDENTALE DU CULTE DE LA RELIQUE À LA PRISE EN COMPTE DE LA CULTURE DANS SA TOTALITÉ 

Depuis le phénomène social lié au culte de la personne dans l’Occident chrétien du XIIe siècle à la moitié du XVe siècle, la première construction intellectuelle du patrimoine repose sur l’idéologie occidentale de la relique. L’étymologie latine reliquae renvoie aux « restes ». Les reliques sont en effet des « restes, ossements de héros, de saints, ou objets leur ayant appartenu, auxquels s’attache un caractère sacré et auxquels les fidèles rendent un culte1 ».

Historiquement, le patrimoine se conçoit comme l’attribution d’un statut particulier à de la matière. Les « premières mémoires sont des mémoires d’objet. L’homme qui veut se rappeler un souvenir transporte quelque chose dans sa main, ou fait un nœud à son mouchoir, ou met dans sa poche un petit caillou, ou prend un papier ou une feuille d’arbre, ce que nous appelons aujourd’hui des souvenirs2 ». Véritable catalyseur émotionnel des souvenirs, l’objet patrimonial est l’objet-madeleine par excellence.

Tout patrimoine est apprécié comme un témoignage authentique et emblématique d’une réalité disparue parvenu jusqu’à nous. Signe visible s’imposant à notre conscience et notre connaissance, il est une preuve tangible de l’existence de ce qui a été mais qui n’est plus. Par extension, le statut de patrimoine s’est vu attribuer à divers vestiges matériels de tous types : monuments historiques, objets, mobiliers, sites naturels et culturels… Les limites de cette progression ont constamment été repoussées mais elles sont restées circonscrites aux biens meubles et immeubles.

La terminologie patrimoine immatériel témoigne d’un sursis de l’esprit marqué par un désir de rupture avec les interprétations communes. Elle stigmatise un esprit critique accru à l’égard d’un fait patrimonial qui donne à la matière un statut controversé : entre culte et obsession. Cette focalisation a occulté la quintessence de ce phénomène culturel3. D’où vient notre désir et notre besoin de patrimoine ? Quelle finalité poursuivons-nous à travers lui ? Quelle est sa destination ? Comment apprécier la place et le statut de la matière dans les usages du concept de patrimoine ? Si la matière nous a détourné, nous a aveuglé alors l’essentiel est ailleurs ? Les réflexions sur le patrimoine immatériel sont le reflet de cette perte de sens.

Ces réflexions sont alimentées par le contexte de la révolution numérique ayant bouleversé la perception de l’espace-temps des sociétés occidentales. La déroutante présence/absence du virtuel, nouvelle réalité matérielle dématérialisée et mobilisable à tout moment, a eu un impact saisissant sur la culture de la matière. Les sociétés occidentales se sont détournées de l’idéologie de la relique pour se centrer dans une démarche de connaissance.

Enfermé dans le temps historique de sa naissance, l’usage du patrimoine chargé de cette interprétation divisait l’Occident et le Non Occident. Les instruments intellectuels n’échappent pas à la dynamique historique et tiennent compte d’un mécanisme complexe. L’idéologie occidentale de la relique, bien qu’elle fût le support d’une première élaboration de l’outil intellectuel, ne résume pas la portée philosophique du patrimoine. Illustrant alors les mutations du XXIe siècle, les événements tels que l’adoption de la Convention pour la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel par l’Unesco, le 17 octobre 2003, exigeait la nécessité d’une renégociation des principes du concept du patrimoine.

LE PATRIMOINE CULTUREL IMMATÉRIEL,
DE LA RECONNAISSANCE DE RICHESSES CULTURELLES MÉSESTIMÉES À LA PRÉSERVATION DE LA DIVERSITÉ CULTURELLE

La phrase d’Hampaté Ba « Lorsqu’un vieillard meurt en Afrique, c’est une bibliothèque qui brûle » devient l’emblème d’une lutte pour la sensibilisation de la communauté internationale à la préservation d’un patrimoine culturel ignoré. Par sa portée internationale et symbolique, la Convention internationale pour la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel constitue un événement historique majeur. Elle réparait une injustice dans la reconnaissance des richesses culturelles mésestimées des cultures non occidentales (mais aussi celles des cultures occidentales).

L’objet de la Convention internationale pour la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel répond à l’enjeu de l’Humanité du XXIe siècle, à savoir la préservation de la diversité culturelle en décroissance. Le constat alarmant de la disparition des manifestations culturelles telles que des rites, des danses, des chants… a éveillé les consciences sur la perte d’un bien dont la perte serait préjudiciable à l’Humanité. Mais les usuelles mesures traditionnelles de conservation n’avaient aucun sens face à l’objectif poursuivi. Elles présentaient le risque de la fixation dans le temps d’éléments dont leur évolution est la qualité intrinsèque. La fétichisation, la fossilisation, la hiérarchisation et la folklorisation des traditions constituaient les écueils majeurs d’une préservation inadaptée.

Les manifestations culturelles devaient être préservées en perpétuel mouvement dans toute leur vivacité. Les expressions d’une culture sont animées d’une recréation perpétuelle assurée par la communauté. La définition du Patrimoine culturel immatériel de l’UNESCO considèrent les produits culturels comme le résultat de la dynamique d’un écosystème comprenant les processus (1), les produits (chants, danses, etc.) (2) savoirs / savoir-faire / compétences (3) et enfin les éléments essentiels à leur maintien (4). L’enjeu repose sur le maintien complet de ce système garantissant la préservation de leur capital de renouvellement. Une phase de réflexion et d’étude a donc conduit à l’émergence d’une logique et d’une action patrimoniale renégociée en fonction de ces nouveaux enjeux. De nouvelles options se sont révélées plus opportunes. Par ailleurs, le système de préservation devait être en adéquation avec le contexte culturel des sociétés concernées, notamment les sociétés de l’Oral où la mémoire, non construite par l’écrit, privilégie les transmissions évanescentes et fugaces.

Le début du XXIe siècle inaugure une réconciliation entre des conceptions déclarées antagonistes. Les évolutions du fait patrimonial en Occident démontrent un décentrage des conceptions de la mémoire moins portées sur la sacralisation de l’objet mais orientées dans une démarche de connaissance. Parallèlement, l’émergence dans le Non Occident d’un mouvement cristallisé autour de la notion de patrimoine culturel immatériel mettant en évidence la mise en patrimoine de la culture comme entité vivante a finalement permis de reconnaître les différentes cultures du fait patrimonial. Dans ce contexte, l’existence de la bipolarité Occident/Non Occident n’a plus de réelle justification4. Elle met en évidence la prise en compte du contexte culturel dans lequel se développe les philosophies du Devenir.

Penser le Devenir a profondément impacté les idéologies conventionnelles sur le fixe et le permanent. Les usages du patrimoine se sont tournés vers la prise en compte de la totalité en opposition à celle de l’unicité de la relique. Les patrimonialisations s’étendent à l’ensemble des manifestations du réel exprimées en matière et perceptibles par les cinq sens humains. Par conséquent, l’usage de l’adjectif « immatériel » est paradoxal pour qualifier le patrimoine des sens. Rien n’est immatériel. Pour être apprécié comme tel, le réel doit s’incarner physiquement pour que l’homme en apprécie la réalité.

Ces évolutions permettent de prendre en considération non plus un statut qualifiant de la matière mais le fait patrimonial comme un fait anthropologique universel où tout élément du réel – indépendamment de sa forme matérielle – peut faire l’objet d’une mise en patrimoine.

Marianick Jadé,
Docteur en Muséologies

Extrait « Un patrimoine culturel en constante expansion, l’enjeu éthique de la préservation », Préservation du patrimoine culturel et engagement citoyen, Association Ethno-Logique, janvier 2013.

 

1 Babelon Jean-Pierre, Chastel André, La notion de patrimoine, Éditions Liana Levi, Paris, 1994.

2 Dagognet François, Le musée sans fin, Presses Universitaires de France, coll. « Milieux », Champ Vallon, Seyssel, 1984.Propos recueillis par François Dagognet dans Janet Pierre, L’évolution de la mémoire et la notion de temps.

3 Les milieux du patrimoine ont connu le même passage de l’ethnographie à l’ethnologie. Marcel Mauss invitait à concevoir le « fait social total » et à étudier non pas seulement la matière, mais à rendre la compréhension des phénomènes humains. L’étude de l’objet révélait l’enjeu de la connaissance de l’Homme dans toute sa complexité.

4 Elle est fortement discutable car l’un et l’autre renferment un ensemble complexe englobant de nombreuses nations : européennes, américaines et nord-américaines, russes, chinoises, hindoues… aux cultures diverses.