Archives par mot-clé : conservation

DES SCIENCES, DES TECHNIQUES ET DES HOMMES. LA MANUFACTURE DES TABACS DE MORLAIX

 

La Manufacture des tabacs de Morlaix, poumon historique de la ville

L’arrêt de l’activité industrielle de la Manufacture des Tabacs de Morlaix, décrété par la SEITA en 1999, a laissé un vide imposant au cœur de la ville. La reconversion de l’ancienne Manufacture Royale se conçoit comme un équipement culturel en fidélité avec son image de poumon historique de la ville.  

Un nouveau quartier de ville

La Galerie du Léon, passage et artère centrale, sépare et lie les deux ensembles du bâtiment : l’un dédié à un pôle des Arts : spectacle vivant, théâtre, cinéma… et l’autre dédié à sa dimension patrimoniale et culturelle. Le projet culturel s’appuie sur un patrimoine industriel riche de quatre siècles d’histoire : l’industrie du tabac.

Le Tabac, du phénomène de société à l’industrialisation

Le tabac est découvert aux Amériques où, cultivé, il est utilisé comme panacée aux maux humains. Son commerce prend essor sur l’illusion de ses vertus curatives ; un paradoxe au regard de l’établissement de ses risques sanitaires aujourd’hui avérés. Véritable phénomène de société, il se répand et se décline en modes de consommation : tabac à priser, tabac à mâcher, à rouler… et s’inscrit dans les sociabilités.

Le bâtiment de la Manu, une architecture de référence

Pour pallier à la vétusté et l’exiguïté d’ateliers de manufacture existants depuis les années 1680 au Manoir de Pen-An-Ru, la construction de la Manufacture Royale des Tabacs de Morlaix est ordonnée par Louis XV qui en confie la réalisation à François Blondel en 1736. Réalisé avec le granit local, l’édifice témoigne de l’ingéniosité des bâtisseurs et porte la marque des tailleurs de pierres. Les manufactures Royales serviront de modèles d’inspiration de constructions systématisées au 19e siècle sous l’impulsion d’Eugène Rolland.

Le Pays de Morlaix, les atouts d’un territoire

Située en Pays du Léon et du Trégor, Morlaix doit l’implantation de sa manufacture à une situation géographique favorable à l’acheminement des matières premières par voie d’eau, puis par chemin de fer consécutivement à la construction du viaduc en 1861.

L’acheminement de la matière première au gré des évolutions techniques

Au sein du bâtiment, « vis sans fin » d’Archimède et norias, puis transport pneumatique acheminent la matière première brute et alimentent les ateliers au long des étapes de traitement. Un réseau de liaisons verticales et horizontales, toujours présent, témoigne encore de sa fonctionnalité de lien continu jusqu’au produit fini.

La mécanisation progressive d’un traitement manuel

Originellement, le tabac se traite manuellement en quelques grandes étapes : époulardage, écotage, mouillage, macération, hachage, torréfaction, pesage et empaquetage… En 1870, une batterie de moulins à poudre est installée remplaçant le râpage manuel. Cette mécanique de précision associant bois, fonte, acier… suit les innovations motrices et est encore activité en 1982 !

L’industrialisation

Parallèlement, sous l’effet de la Révolution Industrielle, les exigences de rendement couplées aux développement des innovations techniques mécanisent ces phases de transformation. L’industrialisation s’adapte aux variations des modes de consommation délaissant la chique, puis la prise, au bénéfice du scaferlati, tabac à rouler, du cigare puis de la cigarette.

La diversification des méthodes, des modes et des métiers de productions

Dédiés à ces productions, de nouveaux métiers – les cigarières, par exemple – et des ensembles de machines voient le jour. Ces derniers s’appuient sur des inventions majeures : torréfacteurs, machines à vapeur, presse hydraulique puis électrique… autant de nouvelles techniques liées à l’exploitation de nouvelles sources d’énergie et à la maîtrise de principes scientifiques de base : traction, force motrice, pesanteur, etc, permettant de les exploiter.

Les Manus, des laboratoires d’innovations techniques

Au sein de l’École d’Application, créée par la Régie des Tabacs en 1824, ou comme il se disait, le laboratoire, les innovations sont conçues par des savants-ingénieurs, sans cesse testées et améliorées sur la base de théories que la pratique a vérifiées.

Georges Boullet, ingénieur à la Régie d’État du tabac puis directeur de la Manufacture des tabacs de Morlaix,  invente la machine à paqueter les cigarettes en 1905.

Derrière les murs de la « Manu » de Morlaix, un univers !

Derrière ses murs, la Manufacture des Tabacs abrite un univers complexe, structuré et vivant jusqu’à l’arrêt définitif de son activité en 2004. Depuis sa création, on entrait dans ce monde clos, dès son plus jeune âge, de père en fils et de mère en filles. Liée au phénomène d’industrialisation massive, l’histoire industrielle rend compte de sociabilités, de mode de vie, d’organisations du travail, de systèmes sociaux…

Une organisation sociale

Les événements des siècles successifs (guerres, crises, etc. ) ont ponctué et influencé l’organisation sociale de cet univers. Le droit du travail se régularise avec l’action d’une politique de santé publique (travail des enfants, maladies professionnelles…) et au terme de longues luttes syndicales (salaires minimums, congés payés…). Les systèmes d’assistance sociale apparaissent (veuvages de guerres, maladies, accidents du travail, chômage) prenant en compte conditions ouvrières et réalités sociales. La Manu traverse les siècles s’adaptant bon gré, mal gré aux évolutions économiques et sociales du monde qui l’entoure jusqu’à sa cessation d’activité.

Aujourd’hui, un héritage matériel et immatériel à valoriser

Trois siècles de brillantes innovations techniques peuvent ainsi se lire sur cet ensemble patrimonial unique reconnu Monuments Historiques depuis 2001. Cet héritage donne à voir l’ingéniosité de l’Homme, sa capacité d’adaptation à son environnement naturel couplée à la maîtrise de connaissances scientifiques et techniques, mais aussi à leur développement industriel en lien avec les évolutions sociétales.

La reconversion de la Manufacture des Tabacs de Morlaix, un projet culturel au cœur de la ville

L’intérêt de la valorisation de ce site exceptionnel est de restituer une dynamique industrielle historique, technologique et sociale en prenant appui sur le sens de l’usage et de la fonctionnalité de l’outil-technique ; son émergence étant une alliance complexe de connaissances scientifiques, de démarches intellectuelles, de savoir-faire… Un corpus matériel et immatériel,  disséminé à rassembler, riche et diversifié (machines, archives, photos, vidéos…) est un atout majeur la mise en scène d’un discours sur l’évolution des techniques, entre ruptures et continuité.

L’innovation technique, alliance du savoir-technique et de l’ingéniosité humaine

L’histoire industrielle se donne à voir à travers la compréhension de la progression de l’innovation technique. Elle repose sur les découvertes scientifiques que l’ingéniosité humaine traduit en inventions techniques innovantes. La salle des moulins, objet phare de la Manu encore miraculeusement intact et de surcroît opérationnelle offre l’image d’une mécanique toujours en mouvement en dépit des siècles, à l’image de la dynamique de l’innovation.

Vidéo sous-titrée en français ici

La diffusion de la culture scientifique, technique et industrielle au service des nouvelles générations

Une conservation étudiée et raisonnée des machines permet de restituer les logiques de l’évolution technique. La médiation de la culture scientifique et technique révèle les clefs d’interprétation d’un système technique à un autre, du plus simple au plus complexe, et les rend mobilisables tant pour la compréhension des techniques d’hier que de demain.

Le patrimoine scientifique et technique, un axe de développement majeur pour les territoires du Finistère

En mettant en scène l’histoire industrielle de la Manu et en transmettant aux publics de tous âges, le sens et l’intérêt de la découverte scientifique pour les sociétés, ce lieu de diffusion culturelle a vocation à devenir un centre culturel phare pour le Pays de Morlaix. Riche d’un patrimoine scientifique et technique exceptionnel, la mise en valeur du territoire par le prisme de la richesse des savoir-faire techniques manuels et/ou industriels est un axe de développement culturel prometteur pour les territoires finistériens.

Mariannick Jadé, 
Docteur en Sciences de l’Information et de la Communication

 

BIBLIOGRAPHIE INDICATIVE

Histoire des Manufactures de Tabacs et d’Allumettes

Fièvre Laurent, Guillerme André, Les manufactures de tabac et d’allumettes : Morlaix, Nantes, Le Mans et Trélazé (XVIIIe-XXe siècles), Collection Art & Société, Presses Universitaires de Rennes, 2004.

Histoire de la Manufacture des Tabacs de Morlaix

Deunff J., « L’implantation des manufactures de tabac à Morlaix au début du 18e siècle », Bulletin de la Société Archéologique du Finistère, 1974.

Guillou Anne, La Manufacture des Tabacs. Morlaix. Quatre siècles d’histoire, Skol Vreizh, 2009

Pellen Ronan, Histoire de la Manufacture des Tabacs de Morlaix. Des origines à la Première Guerre Mondiale, Éditions du Dossen, 1986.

Morlaix Communauté, « La Manu en pleine mutation », BroMontroulez, Magazine d’Information de Morlaix Communauté, janvier 2012.

Quéméner Hervé, « Morlaix la « Manu ». Le site de la Manufacture des Tabacs de Morlaix, patrimoine classé, entre en reconversion, Morlaix quand la Manu faisait un Tabac, Bretagne Magazine, n°23, nov-déc. 2003/janv. 2004.

Rochard Yvon, Morlaix, « La « Manu » des tabacs »,  Ar Men,  n° 67, mai 1995.

Schleef Yoric (sous la dir.), La Manufacture de Morlaix. 200 ans d’archives, Locus Solus Edition, France, Bretagne, 2016.

Patrimoine industriel

Belhoste Jean-François et Smith Paul (sous la dir.), Patrimoine industriel. Cinquante sites en France, Éditions du patrimoine, 1997.

Chauris Louis, « Morlaix, la Manufacture des tabacs, un cas exemplaire de polylithisme », Bulletin de la Société archéologique du Finistère, CXXXI, 2002.

Herbault C., André B., Berrier Y. Mémoire de l’industrie en Bretagne, au delà des clichés, Éditions Apogée, Rennes, 2001.

Smith Paul, Belhoste Jean-François, Architectures et paysages industriels. L’invention du patrimoine, Éditions La Martinière, octobre 2012.

Smith Paul, avec la complicité de Bernard André, « Morlaix, suite et suite… », dans Comment la beauté vient aux usines, L’archéologie industrielle en France, CILAC, n°46, juin 2005.

Smith Paul, La Manufacture des tabacs de Morlaix, dans  L’archéologie industrielle en France, CILAC, n°28, Juin 2006.

Histoire de la ville de Morlaix

Lecureux Bernadette, Histoire de Morlaix, des origines à la Révolution, Éditions du Dossen, 1983.

Darsel J. , Histoire de Morlaix, Annales de Bretagne, Volume 49, n°1, 1942.

Le mouvement du patrimoine immatériel, reflet des évolutions conceptuelles des philosophies du Devenir

vignetteLe mouvement du patrimoine immatériel, largement investi ces dernières années, révèle l’existence d’un processus d’évolution des conceptions et usages du patrimoine. Son avancée majeure repose sur sa contribution à l’émiettement d’une bipolarité Nord/Sud préjudiciable à l’appréciation de la complexité du fait patrimonial. Il rend compte de la maturité d’une réflexion à pouvoir éclore intellectuellement : penser le fait patrimonial comme un phénomène humain, donc universel. Cette conception n’est possible à la condition sine qua non d’une remise en cause de certains principes. Car, autant concevoir le patrimoine autrement en Occident était un tabou, autant considérer qu’un fait social de type « patrimonial » puisse être observable dans le Non Occident l’était tout autant. L’étude du patrimoine immatériel et du patrimoine culturel immatériel inscrit le concept de patrimoine dans une phase de renégociation de ses principes fondamentaux.

LA MUTATION DU FAIT PATRIMONIAL DANS LES SOCIÉTÉS OCCIDENTALES
DE L’IDÉOLOGIE OCCIDENTALE DU CULTE DE LA RELIQUE À LA PRISE EN COMPTE DE LA CULTURE DANS SA TOTALITÉ 

Depuis le phénomène social lié au culte de la personne dans l’Occident chrétien du XIIe siècle à la moitié du XVe siècle, la première construction intellectuelle du patrimoine repose sur l’idéologie occidentale de la relique. L’étymologie latine reliquae renvoie aux « restes ». Les reliques sont en effet des « restes, ossements de héros, de saints, ou objets leur ayant appartenu, auxquels s’attache un caractère sacré et auxquels les fidèles rendent un culte1 ».

Historiquement, le patrimoine se conçoit comme l’attribution d’un statut particulier à de la matière. Les « premières mémoires sont des mémoires d’objet. L’homme qui veut se rappeler un souvenir transporte quelque chose dans sa main, ou fait un nœud à son mouchoir, ou met dans sa poche un petit caillou, ou prend un papier ou une feuille d’arbre, ce que nous appelons aujourd’hui des souvenirs2 ». Véritable catalyseur émotionnel des souvenirs, l’objet patrimonial est l’objet-madeleine par excellence.

Tout patrimoine est apprécié comme un témoignage authentique et emblématique d’une réalité disparue parvenu jusqu’à nous. Signe visible s’imposant à notre conscience et notre connaissance, il est une preuve tangible de l’existence de ce qui a été mais qui n’est plus. Par extension, le statut de patrimoine s’est vu attribuer à divers vestiges matériels de tous types : monuments historiques, objets, mobiliers, sites naturels et culturels… Les limites de cette progression ont constamment été repoussées mais elles sont restées circonscrites aux biens meubles et immeubles.

La terminologie patrimoine immatériel témoigne d’un sursis de l’esprit marqué par un désir de rupture avec les interprétations communes. Elle stigmatise un esprit critique accru à l’égard d’un fait patrimonial qui donne à la matière un statut controversé : entre culte et obsession. Cette focalisation a occulté la quintessence de ce phénomène culturel3. D’où vient notre désir et notre besoin de patrimoine ? Quelle finalité poursuivons-nous à travers lui ? Quelle est sa destination ? Comment apprécier la place et le statut de la matière dans les usages du concept de patrimoine ? Si la matière nous a détourné, nous a aveuglé alors l’essentiel est ailleurs ? Les réflexions sur le patrimoine immatériel sont le reflet de cette perte de sens.

Ces réflexions sont alimentées par le contexte de la révolution numérique ayant bouleversé la perception de l’espace-temps des sociétés occidentales. La déroutante présence/absence du virtuel, nouvelle réalité matérielle dématérialisée et mobilisable à tout moment, a eu un impact saisissant sur la culture de la matière. Les sociétés occidentales se sont détournées de l’idéologie de la relique pour se centrer dans une démarche de connaissance.

Enfermé dans le temps historique de sa naissance, l’usage du patrimoine chargé de cette interprétation divisait l’Occident et le Non Occident. Les instruments intellectuels n’échappent pas à la dynamique historique et tiennent compte d’un mécanisme complexe. L’idéologie occidentale de la relique, bien qu’elle fût le support d’une première élaboration de l’outil intellectuel, ne résume pas la portée philosophique du patrimoine. Illustrant alors les mutations du XXIe siècle, les événements tels que l’adoption de la Convention pour la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel par l’Unesco, le 17 octobre 2003, exigeait la nécessité d’une renégociation des principes du concept du patrimoine.

LE PATRIMOINE CULTUREL IMMATÉRIEL,
DE LA RECONNAISSANCE DE RICHESSES CULTURELLES MÉSESTIMÉES À LA PRÉSERVATION DE LA DIVERSITÉ CULTURELLE

La phrase d’Hampaté Ba « Lorsqu’un vieillard meurt en Afrique, c’est une bibliothèque qui brûle » devient l’emblème d’une lutte pour la sensibilisation de la communauté internationale à la préservation d’un patrimoine culturel ignoré. Par sa portée internationale et symbolique, la Convention internationale pour la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel constitue un événement historique majeur. Elle réparait une injustice dans la reconnaissance des richesses culturelles mésestimées des cultures non occidentales (mais aussi celles des cultures occidentales).

L’objet de la Convention internationale pour la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel répond à l’enjeu de l’Humanité du XXIe siècle, à savoir la préservation de la diversité culturelle en décroissance. Le constat alarmant de la disparition des manifestations culturelles telles que des rites, des danses, des chants… a éveillé les consciences sur la perte d’un bien dont la perte serait préjudiciable à l’Humanité. Mais les usuelles mesures traditionnelles de conservation n’avaient aucun sens face à l’objectif poursuivi. Elles présentaient le risque de la fixation dans le temps d’éléments dont leur évolution est la qualité intrinsèque. La fétichisation, la fossilisation, la hiérarchisation et la folklorisation des traditions constituaient les écueils majeurs d’une préservation inadaptée.

Les manifestations culturelles devaient être préservées en perpétuel mouvement dans toute leur vivacité. Les expressions d’une culture sont animées d’une recréation perpétuelle assurée par la communauté. La définition du Patrimoine culturel immatériel de l’UNESCO considèrent les produits culturels comme le résultat de la dynamique d’un écosystème comprenant les processus (1), les produits (chants, danses, etc.) (2) savoirs / savoir-faire / compétences (3) et enfin les éléments essentiels à leur maintien (4). L’enjeu repose sur le maintien complet de ce système garantissant la préservation de leur capital de renouvellement. Une phase de réflexion et d’étude a donc conduit à l’émergence d’une logique et d’une action patrimoniale renégociée en fonction de ces nouveaux enjeux. De nouvelles options se sont révélées plus opportunes. Par ailleurs, le système de préservation devait être en adéquation avec le contexte culturel des sociétés concernées, notamment les sociétés de l’Oral où la mémoire, non construite par l’écrit, privilégie les transmissions évanescentes et fugaces.

Le début du XXIe siècle inaugure une réconciliation entre des conceptions déclarées antagonistes. Les évolutions du fait patrimonial en Occident démontrent un décentrage des conceptions de la mémoire moins portées sur la sacralisation de l’objet mais orientées dans une démarche de connaissance. Parallèlement, l’émergence dans le Non Occident d’un mouvement cristallisé autour de la notion de patrimoine culturel immatériel mettant en évidence la mise en patrimoine de la culture comme entité vivante a finalement permis de reconnaître les différentes cultures du fait patrimonial. Dans ce contexte, l’existence de la bipolarité Occident/Non Occident n’a plus de réelle justification4. Elle met en évidence la prise en compte du contexte culturel dans lequel se développe les philosophies du Devenir.

Penser le Devenir a profondément impacté les idéologies conventionnelles sur le fixe et le permanent. Les usages du patrimoine se sont tournés vers la prise en compte de la totalité en opposition à celle de l’unicité de la relique. Les patrimonialisations s’étendent à l’ensemble des manifestations du réel exprimées en matière et perceptibles par les cinq sens humains. Par conséquent, l’usage de l’adjectif « immatériel » est paradoxal pour qualifier le patrimoine des sens. Rien n’est immatériel. Pour être apprécié comme tel, le réel doit s’incarner physiquement pour que l’homme en apprécie la réalité.

Ces évolutions permettent de prendre en considération non plus un statut qualifiant de la matière mais le fait patrimonial comme un fait anthropologique universel où tout élément du réel – indépendamment de sa forme matérielle – peut faire l’objet d’une mise en patrimoine.

Marianick Jadé,
Docteur en Muséologies

Extrait « Un patrimoine culturel en constante expansion, l’enjeu éthique de la préservation », Préservation du patrimoine culturel et engagement citoyen, Association Ethno-Logique, janvier 2013.

 

1 Babelon Jean-Pierre, Chastel André, La notion de patrimoine, Éditions Liana Levi, Paris, 1994.

2 Dagognet François, Le musée sans fin, Presses Universitaires de France, coll. « Milieux », Champ Vallon, Seyssel, 1984.Propos recueillis par François Dagognet dans Janet Pierre, L’évolution de la mémoire et la notion de temps.

3 Les milieux du patrimoine ont connu le même passage de l’ethnographie à l’ethnologie. Marcel Mauss invitait à concevoir le « fait social total » et à étudier non pas seulement la matière, mais à rendre la compréhension des phénomènes humains. L’étude de l’objet révélait l’enjeu de la connaissance de l’Homme dans toute sa complexité.

4 Elle est fortement discutable car l’un et l’autre renferment un ensemble complexe englobant de nombreuses nations : européennes, américaines et nord-américaines, russes, chinoises, hindoues… aux cultures diverses.