Muséologies en mouvement

Le phénomène muséal, entre ruptures et continuité

La compréhension du phénomène muséal s’inscrit dans la compréhension du fait patrimonial comme processus. Ce média accomplit les politiques décidées à la suite d’une mise en patrimoine. Ainsi, l’objet de la muséologie « ne peut être le musée lui-même, car celui-ci n’est pas le but, mais seulement un moyen ». Le comprendre revient à prendre en considération les logiques d’usage d’un instrument. Comme tout outil, le phénomène muséal se modèle aux aspirations des hommes qui le pensent en fonction de sa destination et de ce qu’il est censé accomplir.

Défendant cette approche, les travaux de Zbyneck Stransky ont dégagé les contours d’une définition du concept de musée adoptée par le courant de la Nouvelle Muséologie. André Desvallées la pose en ces termes : « Plus de collections d’histoire naturelle, d’objets d’art, d’objets scientifiques ou d’objets techniques pour eux-mêmes, mais un environnement naturel et culturel à percevoir comme un tout qu’on reçoit en héritage, que l’on s’approprie, que l’on conserve et que l’on transmet en restant conscient des transformations que lui font connaître les créations – et les destructions – de l’homme, et dont on ne relève de témoins que pour expliquer la nature et l’histoire de cet héritage. Sur le plan théorique, il n’est aucune difficulté à inscrire cette démarche dans une définition globalisante du musée et de la muséologie : le concept « musée » couvre l’univers entier et tout est donc muséalisable, le musée étant le lieu spécifique où l’on peut étudier les relations de l’homme à la réalité de l’univers dans sa totalité, et la muséologie étant la science des relations de l’homme à la réalité de l’univers. » Cette interprétation n’est pas admise à l’unanimité ; en effet, elle valide un regard peu conventionnel. Beaucoup considèrent que l’identité du « musée » se perd dans cette définition en compréhension très extensive. 

Certes elle propose un éclatement des frontières de ce que l’on détermine communément comme « musée » car, suffisamment générale à sa base, cette définition accepte toutes les apparences du fait muséal aussi bien les musées de beaux-arts, les institutions scientifiques, les centres d’interprétations, les écomusées, les sites et espaces naturels, les trésors humains vivants, les aquariums… Mais elle fixe l’ensemble stable des caractères communs du phénomène muséal ce qui donne à voir sa permanence et sa continuité indépendamment de ses singularités et de ses diverses appropriations.

Cette interprétation a l’avantage de poser les contours d’un instrument de pensée donnant à saisir le phénomène muséal dans toute sa complexité. Flexible, il prend en compte l’ensemble de ses particularités et toute la subtilité de ses aspects formels, culturels et historiques ce qui ouvre considérablement le champ de son étude. Par conséquent, pour pouvoir assurer une analyse satisfaisante il est nécessaire de prendre en compte un ensemble de facteurs conjoncturels :

  1. une étude exige préalablement d’avoir la compréhension du fait patrimonial puisque le « musée » est un instrument mis à son service ;

  2. l’identification de la nature de la politique engagé – sauvegarde ou/et conservation – car elle oriente rôles et missions qu’on lui attribue ;

  3. la  détermination de la typologie du média : organisme, être vivant, lieu… ;

  4. l’environnement culturel ;

  5. et enfin le contexte historique.

En appréciant les atouts d’un tel outil d’analyse et en tenant compte de l’ensemble de ces paramètres, ce carnet de recherche propose une étude du fait muséal dans sa compréhension contemporaine. Quelles sont ses variations ? Quelles en sont les raisons ? Comment s’adapte-t-il aux exigences du fait patrimonial actuel ? Quelles sont les formes résultantes de son appropriation ?Quelles conséquences dans le champ théorique peut avoir une telle mutation de ses aspects ? 

Il proposera aussi une analyse des muséologies en mouvement selon le principe énoncé par la Nouvelle muséologie : « tout mouvement tend à s’institutionnaliser,  toute institutionnalisation tend à détruire le mouvement qui l’a fait naitre par son immobilisme croissant, sa sectorisation et la professionnalisation de ses activités. Le développement de la nouvelle muséologie est intimement lié au respect de l’équilibre entre ces deux forces ; institution versus mouvement. » (Nouvelle muséologie : aspects formels et spécifiques, ICOM-MINOM, 1984) :

Mariannick Jadé,
Docteur en Sciences de l’Information et de la Communication, 
Spécialité Muséologies