DÉLIMITATION DU PATRIMOINE SCIENTIFIQUE

La question du « patrimoine scientifique » est un approfondissement de l’extension du concept de patrimoine. Il permet d’analyser la situation actuelle du fait patrimonial rattaché aux « sciences ».

LE PASSAGE DE LA NOTION DE SCIENCES À CELLE DE SAVOIRS

Une telle approche du fait patrimonial et du concept associé contraint les professionnels à revenir sur la compréhension de l’espace du réel concerné par mise en patrimoine qui est en l’occurrence ici le domaine scientifique. La problématique du patrimoine scientifique dépend de la détermination de ses caractéristiques intrinsèques ce qui renvoie à un autre grand débat controversé par les intellectuels : celui de la définition de la Science. Il ne s’agit pas d’en faire une analyse philosophique L’objectif est essentiellement d’en poser un cadre pour aborder la question du fait patrimonial. La notion et le terme de « savoir » offre une perspective intéressante pour répondre à la problématique générale. Elle sert de liant intéressant permettant de traiter ses différents aspects : analyse de leur construction par l’esprit humain (démarche scientifique / « sciences » / homme-nature, etc.), usages, constructions…

  • L’ampleur et la diversité typologique (sciences naturelles, sciences humaines, sciences exactes, sciences mathématiques… – prise en compte de la difficulté d’une classification mais tentative par analyse logique –
  • Les particularités culturelles (diversité culturelle des savoirs et de leurs expressions par l’esprit Humain)
  • Leurs usages et leurs exploitations par les sociétés et dans les divers secteurs de l’activité humaine. (techniques, scientifiques, sociaux, etc.)
  • Leurs appropriations multiples par différentes communautés (Ex : traitement des conflits d’usages)

Ce point d’ancrage de la réflexion permet d’aborder la question différemment : présenter la dynamique d’expansion du processus patrimonial et de dresser un bilan sur l’état des lieux actuels de l’évolution du processus patrimonial. Il s’agit de délimiter l’étendue du réel pouvant objectivement faire l’objet d’une mise en patrimoine : les Savoirs ; et démontrer l’ampleur du secteur concerné en potentialité. Cela permet d’abattre certaines barrières et de mieux analyser par la suite les résistances perceptibles dans le cadre de la réalisation du fait patrimonial rattaché aux sciences. Car l’un des problèmes majeurs voir LE problème majeur = la reconnaissance des aspects variés du patrimoine scientifique et de son amplitude. Une vision aussi générale permet de pouvoir analyser les potentialités d’extension et d’appréhender les éventuelles résistances ‘idéologiques’ et les prises de conscience. Parallèlement, elle offre la possibilité de mieux cerner et observer les manifestations actuelles du fait patrimonial se rattachant au Savoirs et les problématiques actuelles afin de dresser un état des lieux de la situation actuelle du fait patrimonial rattaché aux sciences.

Mariannick Jadé,
Docteur en Sciences de l’Information et de la Communication, 
Spécialité Muséologies

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *