L’aventure de la patrimonialisation du vivant culturel et/ou naturel

L’esprit de la Convention pour la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel à l’heure du bilan 

Texte en français et en anglais

La diversité culturelle est devenue une richesse patrimoniale à préserver ; patrimoniale, au sens d’un bien légué aux générations suivantes. Le constat de la disparition significative de manifestations culturelles bien tangibles et matérielles : danses, chants, savoir-faire… a témoigné de la perte en vivacité des cultures. Face à cette alarme sur une perte dommageable à l’Humanité, logique et mesures patrimoniales ont été renégociées dans le respect de la nature de l’objet de la mise en patrimoine. L’aventure de la patrimonialisation du vivant culturel1 était lancée. Un regard rétrospectif sur la Convention pour la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel(pci) adoptée le 17 octobre 2003 ne peut s’abstenir de ses ajustements successifs de la conception à la mise en œuvre. L’esprit de cette dernière s’est imposé non sans mal.

Fondée sur l’idéologie occidentale de la relique, la Convention concernant la protection du patrimoine mondial, culturel et naturel adoptée le 16 novembre 1972, se limitant aux biens meubles et immeubles, a créé un déséquilibre mondial entre les cultures du Nord et du Sud. Elle n’était tout simplement pas adaptée au nouvel enjeu mondial. La création d’un nouvel instrument normatif a été décidée avec pour exigence le respect de toutes les cultures.

À cette fin, un travail préliminaire sur le sens termes et la définition de leur substance a été une étape fondamentale afin de clarifier le champ théorique. Face aux usuels dangers de dégradation, disparition et destruction, sont apparus les termes d’atrophie, marginalisation, stagnation, fétichisation, fossilisation, hiérarchisation, folklorisation… autant de menaces pour ces nouveaux « patrimoines ».

L’action devait s’attacher, non pas à la conservation des produits d’une culture à un moment T, mais à préserver leur capital de renouvellement. Ainsi, l’art 2 de la Convention sur la sauvegarde du pci considère les produits culturels comme le résultat d’une relation complexe entre les processus, les savoir/savoir-faire/compétences et les éléments essentiels à leur maintien. Il s’agit de prendre en compte un système global et dynamique, un écosystème constamment renouvelé par un processus de création/recréation. L’objectif est de « sauvegarder les cultures vivantes » au sens de les maintenir saines et sauves.

Un tel enjeu bousculait principes fondamentaux et usages traditionnels du patrimoine. Il fallait penser non plus fixité mais mouvement, non plus permanence mais impermanence, non plus conservation mais sauvegarde, non plus exceptionnel mais représentatif… Cette nouvelle philosophie générale de « penser le patrimoine » exigeait la renégociation de l’ensemble du système de préservation traditionnel.

Le système des listes, utile à la sensibilisation et l’identification, a donc été étudié ainsi que l’établissement des critères d’inscription. À cette occasion, la notion de communauté essentielle est à cette occasion définie comme un « sentiment auto attribué d’appartenance commune ». La Liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l’Humanité2 consacre les manifestations culturelles représentatives de la créativité humaine et de son existence dans toute sa diversité, dans le respect de la lettre de la Convention et dans le respect des droits de l’Homme. Elles évoquent le commun et le particulier, le local et le global, l’unique et les unicités… La Liste du patrimoine culturel immatériel nécessitant une sauvegarde urgente accueille les manifestations culturelles en danger de disparition et devant faire l’objet d’un soutien vital. Les pratiques d’inventaires ont été réinventées en tenant compte de l’atout des nouvelles technologies. Offrant des solutions innovantes et des alternatives à l’écrit, elles correspondaient au caractère évolutif et dynamique de traditions culturelles en mouvement.

Les effets figeant de la documentation, de la recherche savante et de l’approche mémorielle des réalités passées ont été notées. Mobile, fluctuante et instantanée, une culture vivante possède une part d’inconscience où la spontanéité prime. S’alimentant d’un processus de transmission intergénérationnelle orale échappant à tout support, elle ne tient pas compte des traces écrites et inscrites et possède sa propre mémoire évanescente. Dynamique, elle porte en elle-même les traces de son passé qu’elle a fait mûrir et qu’elle a assimilé dans la nuance. Posant la culture comme objet d’étude, l’activité scientifique opère une nécessaire mise à distance. L’étude des cultures en voie de disparition, première mesure patrimoniale, bien que nécessaire présente un risque. L’hypermnésie peut entraver l’esprit de créativité. Resituée dans le processus de sauvegarde, l’identification et la connaissance de la diversité culturelle reste néanmoins essentielle afin d’évaluer sa perte en vivacité et pour construire l’histoire de l’Humanité. Par ailleurs l’approche mémorielle demeure. Réinvestie dans le sens d’une mémoire vivante, elle soutient la créativité.

Pour assurer la vitalité des manifestations et la pérennité de l’acte de transmission, les systèmes tels que les Trésors Humains Vivants, les écomusées ou tout programme, projet et activité de sauvegarde privilégiant des fonctionnements plus proches des sociétés orales où prime la transmission évanescente sont privilégiés.

Face à la mise en place de cette action, des principes éthiques à la lumière des questionnements philosophiques devaient être posés afin de poser les limites de la préservation du Vivant. Qui dit « vivant » dit être appelé à mourir. Devenir le régulateur de la continuité, rôle éminemment complexe, est légitimement source de polémiques. En effet, faut-il revitaliser les faits culturels ou naturels appelés à disparaître ? Les laisser s’éteindre et laisser apparaître les nouvelles manifestations et les accepter comme patrimoine ? Lutter contre car ces formes du réel sont essentielles au futur  ? Le respect du changement et la nécessité du Devenir doivent être respectées. Ce principe éthique essentiel fait humanité. L’homme ne peut suspendre le Temps !

Ce résumé schématique non exhaustif démontre que la Convention pour la sauvegarde du pci a été le fruit d’un long processus de maturation. Plusieurs étapes ont dû être franchies et dépassées. Ellea donné une véritable impulsion en clarifiant le champ théorique de la mise en patrimoine du vivant culturel. Cette compréhension a permis de cadrer les réflexions dans l’orientation et la mise en place des politiques actives de sauvegarde. Elle a également apporter une nouvelle approche du concept de patrimoine acceptant la diversité culturelle des philosophies du Devenir.

Les manifestations culturelles, ayant participé au processus UNESCO, que ce soit l’inscription sur une liste représentative ou une liste urgente ou la reconnaissance d’une bonne pratique, ont contribué à la construction et au déploiement de ce nouveau système patrimonial.Textes et conventions donnent un cadre de réflexions, mais la réussite du système dépend des actions pratiques3. Elles mettent à l’épreuve les certitudes et les incertitudes. Le retour d’expériences est donc essentiel afin de réajuster écueils et manques. La distance critique doit considérer les atouts de ce processus ainsi que ses contreparties. Quel bilan aujourd’hui peut-être dressé ou plus exactement esquissé ? Si tenté qu’il peut être réalisé, il implique de considérer plusieurs niveaux tant la Convention pour la Sauvegarde du pci a eu un impact tentaculaire. Seules deux focales seront évoquées :

L’esprit de la Convention pour la Sauvegarde du pci est-il suffisant pour préserver la Diversité Culturelle ? Est-il parvenu à amenuiser la décélération des cultures ? Le défi d’une préservation des cultures humaines sans les suspendre dans le temps est-il réussi ? Sur ce bilan global et si essentiel, l’instrument normatif n’a que 10 ans ! L’aventure de la patrimonialisation du Vivant a peut-être atteint l’âge de raison du fait de l’aboutissement des travaux théoriques mais pas encore l’âge de maturité. Ce dernier se nourrira des retours d’expériences et se confrontera aux résultats pragmatiques. Même si des tendances apparaissent, rien ne peut aujourd’hui présager d’une réussite ou d’un échec sur le global.

Un autre bilan pourrait être dressé, celui des conséquences de cet investissement de l’UNESCO sur les manifestations ayant accompagné ses travaux sur la patrimonialisation du vivant. Ils ne peuvent se faire qu’au cas par cas en fonction des objectifs prédéfinis initialement par les porteurs du projet. Toute sollicitation auprès de l’organisation témoigne déjà d’une situation complexe et d’une attente. Parfois, elle révèle des enjeux économiques et touristiques, un besoin de valorisation et de reconnaissance, un désir d’un accès au protocole de protection proposé par l’organisme… Véritable machinerie patrimoniale et institutionnelle, l’action peut s’avérer dramatique pour certains éléments. Quelquefois le recours à l’UNESCO n’est pas la meilleure alternative. D’ailleurs, une pluralité d’autres mesures et d’autres organismes proposent également des solutions.

Face au risque de l’ingérence, il est important d’avoir une méfiance particulière face à ce qui institutionnalise le naturel. Il s’agit d’une action complexe d’autant plus pour la mise en patrimoine du Vivant. Toute mise en patrimoine est le signe de la rupture d’un équilibre, peu importe son origine : évolution des modes de vie, péril guerre, mondialisation, etc. La chaîne de la transmission s’est brisée ou, en péril, nécessite un soutien. Elle révèle une situation incertaine, reflet d’une crainte ou d’un manque de confiance en la permanence d’un élément du réel présent dans l’avenir. L’esprit de la Convention pour la sauvegarde du pci rejoint l’esprit de tous ceux qui sont confrontés à ce même désir et cette même volonté : assurer la transmission et la perpétuation de la diversité culturelle, facteur de paix et d’échanges, pour le bénéfice des générations futures.

« Les hommes peuvent atteindre un but commun sans emprunter les mêmes voies. »
Amadou Hampâté Bâ

Mariannick Jadé,
Docteur en Muséologies

1 Similaire au développement durable, le patrimoine culturel immatériel a pour exigence la préservation de vivant naturel pour l’un, culturel pour l’autre.

2Les éléments du PCI qui ont été proclamés par l’UNESCO  chefs-d’œuvre du patrimoine oral et immatériel de l’humanité  entre 2001 et 2005, ont été intégrés à la Liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l’Humanité le 4 novembre 2008 (en conformité avec l’article 31 de la Convention Unesco). On note la disparition de la terminologie « chef d’oeuvre » ususellement attachée aux beaux-arts.

3 L’inscription sur les Listes de la Convention pour la sauvegarde du pci révèle encore un déséquilibre Nord/ Sud. Même si ce désir d’un patrimoine mondial universel est inscrit dans la lettre du texte, il ne l’est pas encore dans la réalité pragmatique.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *